Comment avoir un bon sens du relationnel ?

Le sens du relationnel est la capacité à nouer et à entretenir des relations saines avec les autres. C’est l’une des compétences les plus importantes à maîtriser que ce soit dans la vie professionnelle que personnelle. Avoir un bon relationnel vous permet de vivre dans une ambiance plus conviviale, saisir de belles opportunités et créer des liens avec des gens exceptionnels.

Malheureusement, avoir un bon relationnel n’est pas une compétence que l’on apprend à l’école. Ça demande du courage et du savoir-faire. Dans cet article, je vous partage six principes fondamentaux pour développer votre sens du relationnel.

 

Savoir nouer des relations dès les premiers instants #1

Être capable de créer un rapport rapidement avec une personne est difficile. La raison est simple : nous n’avons pas le contrôle total sur le déroulement d’une première rencontre. Peut-être que votre interlocuteur est de mauvaise humeur, votre tête ne lui revient pas, il n’a aucunement envie de parler… Toutes ces incertitudes compliquent la première impression. Une personne avec un bon relationnel sait mettre toutes les chances de son côté, voici comment :

Construire sa crédibilité

Si vous travaillez pour une marque comme Ferrari, vous pouvez approcher n’importe qui. Tout le monde sera heureux de parler avec vous. La puissance de la marque est si forte qu’elle facilite la prise de contact. Malheureusement, on ne bénéficie pas tous de l’aura d’une telle enseigne. Nous devons donc trouver son propre moyen pour établir une crédibilité et donner envie aux autres de nouer le contact.

Par exemple, en tant que magicien, j’utilise un procédé très simple pour construire une crédibilité auprès de mon public. Pour rappel, je fais de la magie close up, c’est-à-dire je me déplace de groupe en groupe pour faire de la magie très proche des spectateurs. Mon objectif est de déclencher des applaudissements à la fin de chaque passage. Plus j’y arrive, plus il est facile d’approcher un autre groupe, car ils sont dans l’attente du spectacle . Il se produit aussi l’effet où les gens viennent eux-mêmes me demander de passer dans leur groupe. Une fois que je suis parvenu à établir une crédibilité (grâce aux applaudissements), nouer le contact devient beaucoup plus facile.

Je ne vous dis pas ça pour vanter mon travail. Les applaudissements ne sont pas toujours corrélés avec l’émerveillement des spectateurs (même si je le souhaite) . Mon but est de vous montrer que la crédibilité est un énorme facilitateur relationnel. Voici quelques conseils généraux pour gagner en crédibilité :

  • Bien s’habiller
  • Publier un livre/ Passage TV
  • Parler avec assurance et charisme
  • Se faire présenter par une personne

Être dans un esprit de découverte et de partage

La crédibilité joue un rôle important pour faire bonne impression et pour engager la conversation. Toutefois, une fois le la discussion entamée, elle vous est beaucoup moins utile. Désormais, votre objectif est de créer un échange avec votre interlocuteur. Vous voulez découvrir ses intérêts, ce qu’il a à partager. De votre côté, il faut répondre aux questions avec enthousiasme et passion sans partir dans un monologue incessant. Enfin bref, il faut favoriser l’échange : éviter de trop parler ou inversement de poser trop de questions sans rien partager.

Article qui pourrait vous intéresser :Comment maîtriser l’art de la conversation ?

 

Comprendre les besoins et motivations pour améliorer son sens du relationnel #2

Vous voulez développer votre sens du relationnel ? Essayez de percevoir le besoin et les motivations de vos interlocuteurs. Ça ne devrait pas être réservé aux commerciaux. Tout le monde devrait faire cet effort de comprendre profondément les autres. Malheureusement, ce n’est pas toujours facile d’avoir cette vision, surtout lorsqu’on est concentré sur ce qu’on doit dire.

Voici la grille de lecture que j’utilise quand je parle avec une personne :

  • J’identifie son système de valeurs grâce à la théorie des valeurs universelles : ça me permet de voir ce qui est important pour la personne et quels sont ses sujets de conversation favoris.
  • J’essaye d’identifier certains traits de sa personnalité. Il n’est pas possible non plus d’analyse tout son profil psychologique rien qu’avec l’observation. Pour cette raison, je me limite à identifier à quel point mon interlocuteur est introverti ou extraverti. Rien que cette information permet d’adapter son comportement.
  • Enfin, j’essaye toujours de comprendre la motivation de la personne. Ce n’est pas toujours clair. Parfois vous parlez avec un ami et  sa motivation est de vous parler d’un sujet difficile à aborder. C’est bien de s’en rendre compte pour faciliter l’échange. Inversement, il n’y a pas toujours de motivation particulière. Si vous prenez une bière avec des amis, il se peut que la seule motivation soit de se détendre au soleil.

 

Comprendre les dynamiques sociales : indicateur d’un bon relationnel #3

Savoir quand parler et quand se taire

Il y a des situations où il faut se taire. Par exemple, si un ami vous raconte une histoire difficile, ce n’est surtout pas le moment de parler et de partager vos conseils. Taisez-vous, écoutez et compatissez. A l’inverse, il y a des situations où vous devez prendre l’initiative de la parole, parce que votre partenaire n’est vraiment pas en forme et n’a pas envie de parler. En résumé, il n’y a aucune règle quand il s’agit d’écoute et de parole. Il s’agit seulement d’être attentif à son environnement.

Identifier les bons moments et les bons endroits

Nous n’avons pas toujours l’énergie suffisante pour bien communiquer. Et ce qui est vrai pour nous est vrai pour les autres. Il faut identifier les bons moments et les bons endroits pour engager une conversation avec une personne. Par exemple, je ne me trouve vraiment pas à l’aise dans certains lieux comme une boîte de nuit ou un bar avec une musique trop forte. Vous me verrez dans ces lieux-là, je n’ai envie que d’une seule chose, c’est partir en courant. En réalité, nous avons tous des endroits où nous nous sentons plus ou moins bien. Identifiez les vôtres et ceux de votre interlocuteur, puis adaptez-vous afin d’être toujours dans les meilleures dispositions.

De même, ce n’est pas toujours le bon moment. Si vous demandez une augmentation à votre chef pendant une période de stress, la probabilité de recevoir un refus est élevée.

S’adapter à votre interlocuteur

La règle d’or qui consiste à « traiter les autres comme tu voudrais être traité » ne s’applique pas en communication. La règle en vigueur est plutôt : « traite les autres comme ils voudraient être traités ». Pour cela, vous avez besoin de comprendre leurs besoins et leurs motivations. Je vous renvoie à la partie précédente. Par exemple, un introverti a besoin de temps pour lui pour recharger ses batteries. A l’inverse, un extraverti se nourrit des gens qu’il a autour de lui. Ces différences de personnalité peut provoquer des frictions si on n’en prend pas conscience.

Comprendre les jeux de rôle

Durant mes prestations de magie, j’ai toujours une approche différente lorsque je m’adresse à un couple. A cause de l’image romantique du magicien, je ne veux surtout pas donner l’impression à l’homme que je suis un « ennemi ». Je m’adresse donc à lui en priorité et lorsque je vois que la confiance est installée, je m’adresse normalement aux deux.

Et ce n’est pas qu’une question de séduction. Par exemple, si vous êtes dans une négociation, vous devez identifier qui est le décisionnaire. Ce n’est pas toujours celui qu’on pense ou celui qui signe.

 

sens du relationnel

 

Surmonter ses peurs sociales pour un bon relationnel #4

Avoir un bon relationnel demande du courage. Ce n’est pas toujours facile d’approcher des groupes de personnes ou de prendre la parole. C’est normal d’avoir peur. Le plus important est d’aller au-delà pour ne pas rester bloqué.

Peur d’approcher les gens

Vous voyez une personne avec qui vous souhaitez engager une conversation et là… bloqué. Nous avons tous eu ce problème. Il n’y a pas de solution miracle, mais voici ce que je vous propose :

  • réfléchissez le moins possible : plus vous attendrez, plus il sera difficile d’approcher la personne.
  • focalisez-vous sur les bénéfices : qu’est-ce que vous gagnez à parler avec cette personne ? Ne pensez pas à toutes les conséquences négatives.
  • entraînez-vous le plus souvent possible. Plus vous abordez des gens, plus ça deviendra naturel. Lorsque j’ai commencé la magie, c’était une vraie angoisse d’aller voir des inconnus pour leur faire un tour de magie. Avec le temps, ça devient une seconde nature.

Peur d’être rejeté

La peur d’être rejeté est vicieuse pour la raison suivante : si une personne nous rejette, ça ne dépend pas entièrement de nous. Il se peut que la personne n’ait pas le temps ni l’humeur. On ne sait jamais. Encore aujourd’hui, je me fais parfois refouler lors de mes prestations de magie. Au début, ça fait mal à l’égo, puis avec le temps, on les survole. Comment savoir si nous sommes responsables du rejet de l’autre ? Dites-vous qu’après trois tentatives, il faut peut-être changer quelque chose dans votre approche. Pas avant.

« Que la force me soit donnée de supporter ce qui ne peut être changé et le courage de changer ce qui peut l’être mais aussi la sagesse de distinguer l’un de l’autre. » Marc-Aurèle

Peur de ce que les gens pensent de vous

Prétendre qu’on se fiche de l’opinion des autres est faux. C’est important et l’objectif n’est pas de se ridiculiser non-plus. Il faut donc trouver un équilibre entre être authentique et une certaine conformité. Je sais qu’on entend partout le conseil bateau « sois toi-même », mais ça ne veut strictement rien dire.

Ma solution : on a du mal à s’auto-évaluer. C’est difficile de savoir comment on est perçu. Si vous avez peur d’être jugé dans une interaction, demandez l’avis à une personne de confiance. Si elle vous valide, alors mettez cette peur de côté et allez parler avec les autres.

 

3 mindset pour avoir un bon relationnel

Voir chaque personne comme une opportunité

Le monde est petit que vous soyez à Paris ou au fin fond de la campagne. Plein de personnes n’ont pas compris ça. Imaginez que chaque personne peut être une opportunité. C’est notamment vrai lorsque vous avez une entreprise. Une fois, j’ai obtenu un beau contrat de magie en allant donner mon sang et en discutant avec le personnel. Il n’y avait aucun but commercial. Mais le fait de voir le monde comme une opportunité nous rend plus ouvert et agréable.

Toujours coller une étiquette positive lorsque vous voyez une personne

L’intuition est très puissante quand il s’agit de sonder les autres humains. Si vous collez une étiquette négative ou positive sur votre interlocuteur, celui-ci va le ressentir. Ainsi, lorsque vous voyez une personne pour la première fois, collez lui une étiquette positive de 10/10 dans votre esprit. Les gens vous le rendront. Ce conseil m’a été donné par Jean-Christophe Charrier,  coach anciennement militaire.

Donnez de la valeur aux gens que vous approchez

Enfin et je crois que c’est le plus important, essayez de donner de la valeur aux autres. D’habitude, nous sommes dans un état d’esprit de prendre : prendre des conseils, prendre de l’argent, prendre du temps… Si vous faites le changement, alors une énorme pression va disparaitre. C’est beaucoup plus facile de donner que de prendre. Quand vous allez voir les gens, essayez de voir comment vous pouvez leur être utile. Un bon sens du relationnel est très lié au sens du service.

 

Langage non-verbal à adopter pour améliorer son sens du relationnel

Voici les quatre langages non-verbaux auxquels il faut prêter une attention particulière pour avoir un bon sens du relationnel :

  • Le regard. Exprimez-vous en regardant les gens dans les yeux. Ce n’est pas un conseil très original, mais ça n’en reste pas moins important.
  • Le sourire. N’oubliez pas de sourire. Alors oui, ne souriez pas bêtement à tout ce qu’on vous dit, vous passerez pour un niais. Mais de façon générale, souriez parce que nous avons envie d’être entourés de gens positifs. Avoir un bon sens du relationnel, c’est aussi être capable d’attirer les gens à soi.
  • La voix et les gestes. Je les mets ensemble, parce que je veux que vous communiquiez la passion à travers eux. Une voix passionnée, c’est une voix variée et dynamique. De même, si vous êtes passionné, vos gestes vont accompagner votre parole sans avoir besoin d’y faire attention. N’écoutez pas les conseils qui vous expliquent où mettre les mains. Si vos gestes ne sont pas sincères, votre auditoire va tout de suite remarquer le manque de naturel.
  • Posture droite et ouverte : lorsque vous parlez à une personne, votre corps doit être entièrement orienté vers celle-ci. C’est -à-dire que vos pieds et épaules doivent être dans le même alignement. De plus, essayez de garder une posture droite. Il est toujours plus facile d’engager la conversation avec une personne dont la posture est ouverte, dynamique et accueillante.

 

Conclusion – Comment avoir un bon sens du relationnel ?

Il y a beaucoup d’autres éléments à prendre en considération pour améliorer son sens du relationnel. Par exemple, je n’ai pas parlé de l’importance de créer des relations long-terme. Mais ça mériterait un article rien qu’à ce sujet.

FORMATION GRATUITE

Faire bonne impression dans n'importe quelle situation

Recevez une vidéo d'1H pour donner la meilleure image de vous-même dès les premiers instants. 

2 réflexions au sujet de “Comment avoir un bon sens du relationnel ?”

Laisser un commentaire