Comment raconter une histoire ?

Je me suis amusé à compter le nombre d’histoires et d’anecdotes dans le premier chapitre de comment parler en public et développer sa confiance en soi de Dale Carnegie. Devinez combien d’anecdotes il utilise en 11 pages ? 14. C’est énorme. Il y a quasiment autant d’anecdotes que d’informations pures. D.Carnégie a très bien compris l’importance de raconter une histoire pour illustrer ses propos. Et ce n’est pas un hasard si 90 ans après la publication de son livre, il est encore un best-seller dans sa catégorie. Et attention, dans cet article, je ne vais pas parler de storytelling ou de structure narrative. D. Carnégie ne s’est pas embêté à construire ses livres en suivant une structure de film hollywoodien. Je vais uniquement parler de comment raconter des histoires et des anecdotes. Bonne lecture !

« Si l’Histoire était enseignée sous forme de contes, elle ne serait jamais oubliée. » Rudyard Kipling

Le pouvoir des histoires et des anecdotes

En 2006, TED publie la vidéo de Sir Ken Robinson au sujet de l’éducation et de la créativité. 14 ans plus tard, il s’agit de la vidéo TED la plus visionnée de tous les temps avec 65 millions de vues. Mais que dit-il de si intéressant pour avoir eu un tel impact ? Comment est-il aussi convaincant ? Il doit probablement utiliser des statistiques, des chiffres clés, des arguments logiques ? Pas du tout… Il ne fait que raconter des anecdotes. C’est tout. Regardez la vidéo ICI si vous ne vous en souvenez plus.

D’ailleurs ça me fait penser que TED est davantage une plateforme de divertissement que d’information (acronyme de TED= Technology; Entertainment ; Design). Tout ça pour dire que pour être captivant, il ne suffit pas de partager des informations intéressantes. Il faut également être divertissant. Et comment devient-on divertissant ? En racontant des histoires.

 

Comment raconter une histoire  ?

Si vous voulez raconter une bonne histoire, alors il va falloir ces trois éléments essentiels : des personnages – un conflit – une résolution

Personnage #1

La révolution française sans personnage, ce n’est plus une histoire, c’est un événement. Vous devez avoir des personnages dans votre histoire. Plus nous sommes capables de visualiser et de comprendre les personnages, plus nous prêtons attention à l’histoire. D’ailleurs, dans la plupart des romans, l’auteur commence toujours par décrire le personnage, sa vie, ses émotions…

J’ai visité récemment le zoo de Sydney qui fait un effort important pour sensibiliser ses visiteurs aux problèmes de déforestation. Au lieu de juste mettre des photos de paysages dévastés, ils ont décidé d’installer des enceintes un peu partout. Chacune de ces enceintes raconte l’histoire particulière d’un individu et de son lien avec la déforestation. Ça rend le problème beaucoup plus humain et augmente le nombre de dons. Le Zoo le sait très bien et il n’est pas le seul à en tirer profit. Toutes les OMG du monde savent qu’il est toujours plus efficace de mettre la photo d’un individu sur leur affiche de sensibilisation.

Conflit #2

Imaginez la bande-annonce suivante: un homme et une femme se rencontre. C’est le coup de foudre. Ils décident alors de se marier et d’avoir beaucoup d’enfants. Fin. Est-ce que vous allez voir le film ? Évidemment que non. En revanche, si je vous dis : lieu paradisiaque avec plein de personnalités complètement folles qui se tapent dessus ? Immédiatement c’est plus attirant. C’est ce qui fait le succès des télé-réalités comme « les marseillais » ou « Les anges ». Et point important : il n’y a quasiment aucune intrigue dans ces émissions. Les gens regardent uniquement parce qu’il y a des conflits en permanence. Ainsi, tout l’enjeu de ceux qui recrutent les candidats est de trouver le cocktail de personnalité le plus explosif possible. Bref, vous devez avoir un conflit qui survient dans votre anecdote ou histoire. C’est indispensable. Le conflit est parfois même plus important que l’intrigue elle-même !

Résolution #3

S’il y a un conflit, il faut une résolution. Sinon votre auditoire va être frustré. A ce niveau, c’est très similaire à la manière dont les magiciens structurent un tour de magie. En tant que magicien, je vous recommande évidemment de voir le film Le Prestige qui commence par expliquer les trois actes d’un tour de magie. Le dernier acte, « Le Prestige » est indispensable si vous voulez obtenir les applaudissements du public. Sans ce dernier, vous les laissez dans une attente insatisfaite.

« C’est pourquoi pour chaque tour de magie il existe un troisième acte, le plus difficile. Celui que l’on nomme: le prestige. » Film Le Prestige

NB: la différence entre une histoire et une anecdote

Une anecdote est une histoire très courte. C’est le récit d’un simple détail. Si votre anecdote est vraiment courte, alors vous n’avez pas besoin des trois composantes personnage-conflit-résolution contrairement à une histoire. Exemple: lors de ma formation sur la prise de parole en public, j’explique l’importance de l’entraînement avec cette anecdote : « Winston Churchill avait l’habitude s’entraîner une heure pour chaque minute de son discours. » Ici, il n’y a pas de conflit et de résolution bien défini. Mais dans le contexte de la prise de parole, le message est clair. Voici donc les deux caractéristiques d’une anecdote :

  • Une anecdote a besoin d’un contexte précis pour être racontée alors qu’une histoire est « auto-suffisante ».
  • La seule composante essentielle d’une anecdote est l’existence d’un personnage. Même s’il existe de nombreuses anecdotes sans personnage, il faut que ça reste concret et spécifique.

raconter une anecdote

 

Augmenter son stock d’histoires et d’anecdotes

Cette partie de l’article est la plus importante. La théorie, c’est bien mais ce n’est pas suffisant. Vous trouverez plein d’autres articles qui pourront vous expliquer comment raconter une histoire. En revanche, l’objectif ici est de vous faire passer à l’action.

L’entraînement du storyteller

Ce n’est pas suffisant de connaître les éléments d’une histoire, il faut également pratiquer. Avez-vous remarqué que les gens très à l’aise dans l’art de raconter les histoires ont l’habitude de se répéter souvent ? Mon père est un excellent storyteller. Fait amusant: dès qu’il a une bonne anecdote, il a tendance à la répéter à tout le monde avec le même entrain. Mais c’est justement parce qu’il se répète qu’il devient très bon à raconter les histoires.

Un autre exemple est celui d’ Oussama Ammar, le fondateur de The Family. Il est devenu une référence dans le monde des startups notamment grâce à ses vidéos youtube d’excellente qualité : il est capable de parler des heures sur un sujet en restant captivant tout le long. Il y parvient notamment grâce à ses nombreuses anecdotes et histoires. Mais si vous êtes un peu fou (comme moi) et que vous regardez toutes ses vidéos, vous vous apercevrez qu’il répète très régulièrement les mêmes anecdotes. Il n’a pas besoin d’avoir un stock infini d’anecdotes. Au contraire, la répétition est indispensable. Plus vous vous répétez, mieux vous racontez vos histoires et plus vous serez bons !

Mais comment faire si nous n’avons aucune histoire à raconter ?

Utiliser la technique de Dale Carnégie pour avoir un stock d’histoire

Si vous lisez le livre de Dale Carnégie Comment parler en public ?, vous vous apercevrez qu’il mentionne vraiment souvent des anecdotes de Lincoln. Mais lorsqu’on essaye de comprendre pourquoi il parle autant de Lincoln, on découvre qu’il a écrit un autre livre moins connu qui s’appelle : Lincoln the Unknown. C’était vraiment brillant car ça lui a permis de se construire un stock d’anecdotes sur l’un des plus grands orateurs de tous les temps. Ce qui est parfait lorsqu’on souhaite écrire un livre sur la prise de parole en public par la suite. Et je pense qu’on devrait faire la même chose dans notre domaine. Si par exemple, vous êtes un passionné de foot et que vous souhaitez en parler de façon captivante, alors concentrez vos recherches sur un ou deux grands joueurs légendaires. De cette manière, vous allez trouver des anecdotes que personne ne connaît et vous serez en mesure de réutiliser ces histoires dès que le sujet du foot est abordé. Évidemment, il n’y a pas besoin d’écrire un livre mais c’est intéressant de garder une trace écrite de vos connaissances.

La solution que je vous propose pour faire de vous un conteur d’histoire

Parfois, on tombe sur des anecdotes qui nous plaisent que ça soit à travers des lectures ou des vidéos. Et malheureusement, la plupart du temps, nous oublions ces histoires et nous ne les réutilisons pas. C’est dommage car il suffirait de les noter quelque part. Et aujourd’hui, il existe des applications qui vous permettent de faire ça.

Voici comment je fais pour construire un stock d’anecdotes :

J’utilise l’application de prise de notes Evernote avec son système « d’étiquette ». Ça permet de retrouver n’importe quelle anecdotes rapidement. Dès que je lis une anecdote ou une citation qui me plaît, je l’écris immédiatement sur l’application disponible depuis n’importe quel appareil. Alors oui, ça peut prendre du temps avant de se créer une base de connaissance importante dans le domaine souhaité. Mais comme d’habitude, il faut être patient avant de devenir bon. Enfin, ne sous-estimez pas vos propres histoires. On n’y fait pas forcément attention, mais nous avons plein de choses à raconter .

 

5 règles pour raconter une histoire captivante

Votre histoire ne doit pas durer trop longtemps

Est-ce que je peux vous dire combien de temps doit durer une bonne histoire ? Non. Il n’y a pas de chiffre magique. Si vous êtes débutant dans l’art de raconter les histoires, dites des histoires courtes de 30 secondes. Et puis ensuite, vous ajustez en fonction des réactions de vos interlocuteurs. Si vous voyez que les gens s’endorment, raccourcissez votre histoire.

Peindre la scène

Garder à l’esprit qu’une bonne histoire est quelque chose que l’on peut facilement visualiser. C’est pour ça que c’est facile de se souvenir des histoires. Le cerveau retient mieux les images que les mots. Donc si vous pensez que votre histoire n’est pas suffisamment « visuelle », n’hésitez pas à ajouter des détails pour mieux décrire la scène.

Soyez votre premier public : l’intérêt est contagieux

Vous devez ressentir les émotions que vous essayez de véhiculer à votre auditoire. Si vous racontez une anecdote triste avec le sourire, ça va sembler bizarre. Si vous ne partagez pas votre passion, alors votre audience va percevoir un manque d’authenticité. C’est évidemment plus facile à dire qu’à faire.

Surprendre son public

Si vous racontez une histoire que tout le monde connaît, alors vous perdez en intérêt. Ça semble évident, mais pourtant, lorsqu’on commence à se spécialiser dans un domaine, on se rend compte que tout le monde utilise toujours les mêmes anecdotes. Je sais que ça prend du temps de chercher des exemples et histoires différentes mais le résultat sera là. Les gens auront toujours envie de vous écouter !

Les six questions de Rudyard Kipling

Lorsque j’écris une anecdote et que j’ai un doute sur sa clarté, je me pose ces six questions: Quand, où, quoi, comment, pourquoi et qui. C’est plutôt simple comme règle et ça permet de ne rien oublier.

« J’ai toujours près de moi six fidèles amis. C’est à eux que je dois tout ce que j’ai appris. Leurs noms sont Quand, Où, Quoi, Comment, Pourquoi et Qui. » Rudyard Kipling

Conclusion sur comment raconter une histoire

Comme d’habitude, la clé pour devenir bon est de passer à l’action. Certains métiers favorisent le passage à l’action comme l’enseignement, la formation ou le coaching…Pour les autres, essayez de raconter des histoires dans vos interactions du quotidien.

FORMATION GRATUITE

Faire bonne impression dans n'importe quelle situation

Recevez une vidéo d'1H pour donner la meilleure image de vous-même dès les premiers instants. 

3 réflexions au sujet de “Comment raconter une histoire ?”

Laisser un commentaire