Comment préparer une prise de parole en public ?

Bien préparer une prise de parole en public est une des étapes essentielles à ne pas manquer pour faire un discours de qualité, atteindre vos objectifs et éviter de stresser ! C’est donc important de prendre le temps de bien réaliser cette préparation. L’objectif de cet article est de vous partager ma propre façon de me préparer à une prise de parole, en espérant que ça va vous être utile, bonne lecture !

 

Connaître l’objectif est la première étape pour préparer sa prise de parole en public

Nous avons tendance à mettre tous les types de discours dans le même panier. Pourtant, en fonction de l’objectif de votre intervention, votre prise de parole sera complètement différente. Pensez-vous que nous sommes préparés à animer une réunion après avoir réalisé des dizaines d’ exposés durant nos études ? Pensez-vous qu’un humoriste soit capable de vendre un produit devant une foule d’investisseurs ?

La réponse est non. Toutes ces prises de parole en public sont différentes car leurs objectifs diffèrent. Selon votre objectif, votre prise de parole aura une structure différente, une intonation différente, une préparation différente, etc… En bref, l’objectif a un énorme impact sur votre discours.

Quels sont donc les différents types d’objectifs ?

  • Informer : vous voulez que votre public apprenne quelque chose. C’est généralement l’objectif des enseignants et des professeurs.
  • Convaincre : c’est l’objectif d’un homme politique pendant les campagnes électorale que de convaincre la foule de voter pour lui. C’est également l’objectif du commercial qui fait une présentation de son produit devant des prospects ou des investisseurs.
  • Faire passer à l’action : à la fin de votre intervention, vous voulez que les gens réalisent une action. Beaucoup de réunions au travail ont cet objectif : le manager souhaite que ses équipes adoptent une nouvelle stratégie ou un nouveau process.
  • Divertir : en tant que magicien professionnel, je connais bien cet objectif. Je le partage avec les humoristes, les acteurs ou encore les comédiens…

Rien ne vous empêche d’avoir plusieurs objectifs durant une prise de parole mais il y a toujours un axe principal. Par exemple, l’objectif principal d’un humoriste est de vous divertir. Pourtant à la fin de son spectacle il vous demandera de laisser un avis positif sur internet : il veut vous faire passer à l’action. L’objectif principal d’un enseignant est d’informer. Pourtant si il veut capter l’attention de ses étudiants à 100% il va devoir faire appel à des techniques de l’industrie du show business (storytelling, l’humour, le suspens…)

De plus, il est important que cet objectif soit clair pour vous également pour votre public. Si vous essayez de vendre votre service ou votre produit alors que votre audience pensait qu’elle allait juste être informée, alors vous risquez d’avoir de mauvaises surprises.

 

Structurer son discours

Il n’existe pas une structure magique qui peut être adoptée pour tous les types de discours. Chaque discours est différent et requiert donc une structure différente. Par exemple, si votre objectif est d’expliquer une recette de cuisine, alors la manière la plus simple utiliser une structure chronologique étape par étape. Il ne vous viendrait pas à l’idée d’utiliser une autre structure pour l’expliquer. Exemples de structure :

  • Structure narrative : utiliser la structure des experts du cinéma pour communiquer vos messages. Il existe plusieurs formes de storytelling mais l’exemple le plus basique reste : D’abord, vous présentez le contexte, le héro et le début d’un problème. En phase deux, le héros rencontre un problème ce qui engendre toute une aventure autour de ce conflit. Et enfin, le héro résout le problème et l’histoire se termine.
  • Structure chronologique : les recette de cuisine ou les tutoriels informatiques utilisent cette structure. Il y a beaucoup de discours qui peuvent être élaborés de cette façon. Elle a l’avantage d’être simple et claire .
  • Structure « j’annonce ce que je dis – je le dis – je conclue en résumant ce que je viens de dire » : Ce n’est pas la structure la plus sexy, j’en convient mais elle est efficace et va droit au but et ne prends pas de temps à préparer. De plus, vous jouez sur l’effet de répétition ce qui permet de faciliter le travail de mémorisation de votre public.

Le « pourquoi » décrit les motivations, la mission, la cause d’un projet.

Le « comment » décrit les actions prises pour arriver au pourquoi. C’est souvent l’aspect qui vous différencie des autres.

Le « quoi » est beaucoup plus spécifique et concret.

Le principe fondamental de Simon Sinek est que « les gens n’achètent pas ce que vous faîtes, ils achètent le pourquoi de ce que vous faîtes. »

 

préparer un discours

 

Préparer sa prise de parole en public demande de faire des recherches approfondies

C’est une partie indispensable si vous souhaitez bien préparer votre prise de parole pour plusieurs raisons :

Le contenu que vous communiquez doit être intéressant et surprenant #1

Parfois, nous pensons que les informations que nous avons à disposition sont suffisantes pour faire notre présentation. Or, il est toujours plus intéressant faire le tour d’un sujet, puis ensuite seulement de sélectionner les informations qui vous semblent pertinentes pour votre prise de parole. De plus, si vous souhaitez rendre votre prise de parole unique et personnalisée, il s’agit d’une des méthodes le plus efficaces et rapides pour être créatif. Plus vous avez d’informations sur un sujet, plus vous serez capable de faire des connexions entre différents domaines que personne n’avait jamais fait.

C’est d’ailleurs l’un des messages principaux de Steve Jobs lors de son fameux discours à Stanford : « The first story is about connecting the dots. » que l’on pourrait traduire par « la première histoire parle de faire le lien ». Faites le lien entre vos différentes connaissances et expériences et vous parviendrez à créer un discours unique.

Vous devez trouver des exemples et des histoires pour illustrer vos propos #2

Tous les grands orateurs racontent des histoires en permanence pour illustrer leur propos. Mais ne vous fiez pas aux apparences, ils ont cherché et travaillé ces histoires. Ce ne sont pas des idées qui leurs viennent soudainement à l’esprit.

Ceci est vrai pour une prise de parole en public mais c’est également vrai pour l’écriture. Si vous lisez cet article, alors il est fort probable que vous vous êtes intéressés au livre de Dale Carnegie « comment se faire des amis ? ».

Ce livre a été vendu à plus de 40 millions d’exemplaires (chiffre qui date de 2010) et a été publié en 37 langues différentes. Le plus fou c’est qu’il date de 1936. Or, lorsque vous lisez le livre, il n’y a aucune idée extraordinaire qui en ressort. La plupart du temps, ça ne demande que du bon sens. Pourtant, le livre a eu un impact considérable.

Lorsqu’on regarde la technique utilisée par Dale Carnegie, il utilise une histoire pour chacun des points qu’il souhaite expliquer. C’est tout . Vous enlevez les histoires et c’est comme si ce livre n’avait jamais existé. Derrière, vous pouvez être certain que ça a demandé beaucoup de recherches et de travail. Si vous refaites attention aux exemples qu’il utilise, Lincoln revient beaucoup. D’ailleurs ce n’est pas un hasard, il a écrit un livre à son sujet. Il suffit parfois de spécialisé sur un exemple en particulier et vous aurez tout un stock d’histoires et d’exemples à ajouter dans vos présentations.

Faire des recherches sur votre audience #3

En fonction de vos objectifs, connaître votre audience sera plus ou moins important. Par exemple, en tant que magicien je n’ai pas forcément besoin de connaître beaucoup de détails sur mes spectateurs.

En revanche, si votre objectif est d’informer, de convaincre ou de faire passer les gens à l’action alors il est indispensable de savoir qui sera votre interlocuteur :

  • Quels sont les pouvoirs décisionnaires de vos interlocuteurs ?
  • Quelle est leur connaissance de base sur un sujet en particulier ?
  • Quel est le jargon qu’ils utilisent dans leur travail ?

 

La préparation de votre support visuel : PowerPoint /Keynote

La possibilité d’avoir un support visuel derrière soi est un concept assez nouveau. Pendant longtemps, les orateurs ne pouvaient pas s’appuyer sur des diapositives pour faire leur discours. Ça ne les empêchait pas d’être impactant.

Pourtant, le proverbe « un bon dessin vaut mieux qu’un long discours » garde de sa valeur. Aujourd’hui nous avons de nombreux outils à disposition pour ajouter de bons supports visuels aux présentations. L’outil le plus utilisé est PowerPoint.

Après un an en cabinet de conseil, j’ai compris à quel point un bon PowerPoint prend du temps et est une tâche difficile. Autant être sûr d’en avoir besoin avant de se lancer. Voici trois questions importantes à se poser :

  • Est-ce que mon audience aura besoin de mon support PowerPoint à la suite de ma présentation ? Si oui, alors il faut que support soit auto-porteur.
  • Est-ce qu’il y aura du monde à assister à la présentation ? Plus il y a de monde, moins il faut d’informations sur la diapositive. A l’inverse, si vous n’êtes que cinq, alors vous pouvez vous permettre de mettre beaucoup d’information sur une diapositive.
  • A chaque diapositive, vous devez vous demander quelles sont les informations prioritaires que vous souhaitez mettre en valeur et ce que vous pouvez supprimer. C’est une des parties les plus difficiles.

J’ai écris un article sur « Comment faire un powerpoint design et professionnel ? » si ça vous intéresse. Parfois, dans certaines circonstances, vous pourrez vous satisfaire d’un simple support visuel sur un Paper board. L’exemple parfait est celui de la vidéo de Simon Sinek avec sa présentation TED « How great leaders inspire action ».

Son discours a eu énormément d’impact grâce à sa simplicité, ses histoires et son dessin. Durant la vidéo, il réalise à la main sur un Paper board ce qu’il appelle le « golden circle »(cercle d’or) et qui résume toute sa présentation :

start with why

Ce dessin, par sa clarté et simplicité a été repris des centaines de millier de fois. Pas besoin de 47 slides de Power point.

 

L’entraînement est essentiel pour se préparer à une prise de parole

L’entraînement est indispensable

Aucun homme politique, aucun artiste, aucun leader ne peut réussir son discours ou sa performance sans entraînement. Cela est vrai pour la prise de parole, mais en réalité c’est vrai quel que soit le domaine.

David Stone est un magicien français qui est considéré comme l’un des meilleurs au monde. Il est surtout connu dans le monde des magiciens bien qu’il ait fait de nombreuses apparitions dans de grandes émissions TV comme incroyable talent.

En 2006, il s’inscrit au championnat du monde de magie qui aura lieu à Stockolm la même année. 24 jours avant le premier jour de la compétition, aucun numéro n’était prêt. C’est seulement après un entraînement de 17 heures par jour non-stop jusqu’au jour J qu’il est parvenu à la troisième place.

L’entraînement est crucial et si c’est vrai pour la magie, je peux vous garantir que c’est vrai pour la prise de parole.

Comment s’entraîner de manière efficace pour bien préparer sa prise de parole en public ?

  • S’entraîner devant des gens: c’est l’idéal, car ça se rapproche le plus de la vraie situation : un orateur a besoin de l’énergie d’un vrai public, il a besoin d’avoir des réactions spontanées et ce n’est possible qu’avec un public.
  • Se filmer : c’est le meilleur moyen de corriger tous nos défauts : aussi bien les tics verbaux, que les mauvaises postures, que les incohérences dans notre discours. Alors oui, ce n’est jamais agréable de se voir et s’entendre mais c’est terriblement efficace.
  • Se mettre en situation réelle : lorsque vous vous entraînez, habillez vous de la même façon que le jour J, faites votre discours en entier, imaginez un public en face de vous… Plus vous parviendrai à visualiser votre prise de parole, moins vous stresserez le jour J, car vous aurez l’impression d’avoir déjà pris la parole plusieurs fois.
  • Laisser le temps au cerveau d’apprendre + sommeil : notre cerveau est incroyable pour sa capacité à apprendre une nouvelle chose. En revanche, si vous ne lui laissez pas le temps de digérer toutes les informations, il sera beaucoup moins efficace. La plupart du temps, lorsque j’essaye de mémoriser un nouveau discours ou présentation, je m’entraîne intensément pendant 1h ou 2h puis ensuite, je laisse un temps suffisamment long pour laisser le cerveau agir. Le lendemain, c’est incroyable de voir à quel point votre corps peut enregistrer les informations demandées.  C’est presque trop facile. Privilégiez les temps de sommeil d’autant plus qu’aujourd’hui, de nombreux travaux scientifiques ont montré l’efficacité du sommeil dans l’apprentissage. En résumé, vous avez besoin de temps pour bien préparer une prise de parole en public.

 

Conclusion pour préparer sa prise de parole en public

Je vous souhaite de bien réussir votre discours et si vous vous êtes suffisamment concentré sur la préparation, alors il y a de grandes chances que ça se passe bien pour la suite !

J’ai écrit d’autres article sur la prise de parole en public qui vont plus loin que la préparation :

FORMATION GRATUITE

Faire bonne impression dans n'importe quelle situation

Recevez une vidéo d'1H pour donner la meilleure image de vous-même dès les premiers instants. 

4 réflexions au sujet de “Comment préparer une prise de parole en public ?”

Laisser un commentaire