Résumé du livre « Parler en public : TED, le guide officiel » – Chris Anderson

Le livre Parler en public : TED, le guide officiel est un excellent livre sur la prise de parole. Chris Anderson est très clair et apporte de nombreuses anecdotes qui rendent le livre agréable à lire. Je recommande !

parler en public livre

Les bases de la prise de parole en public #1

L’exposé oral

Tout le monde est capable de prendre la parole en public. Les exemples de personnes timides ou terrorisées de monter sur scène ne manquent pas : Monica Lewinsky, Albert de Monaco, Elon Musk, Chris Anderson lui-même…

Trouver une idée de discours

Pour trouver une idée de conférence, c’est très simple: qu’est-ce qui vous importe vraiment et qu’est-ce que vous avez envie de partager au monde ? Vous n’avez rien besoin de plus.

« La première mission d’un intervenant est de partir d’un sujet qui lui importe vraiment et de lui donner vie dans l’esprit de son public. »

« La seule chose vraiment importante dans la prise de parole en public, ce n’est ni votre degré d’assurance ni votre présence sur scène ni non plus votre côté enjôleur. Ce qui compte, c’est d’avoir quelque chose à dire. »

4 pièges classiques

1. Le boniment : certains conférenciers ont un problème d’égo. Ils veulent seulement s’écouter parler.

2. Le délayage : le manque de préparation peut amener à raconter tout et n’importe quoi sans véritable structure. Beaucoup gens pensent être suffisamment brillant pour ne pas préparer leur conférence TED.

3. Vendre son entreprise ou son association : il est souvent tentant de vouloir mettre son organisation en avant. Mais ce n’est vraiment pas l’objectif d’une conférence TED.

4. L’inspirationnalisme : oui c’est important d’inspirer son public. Mais ça doit ‘agir d’un résultat et non d’un objectif uniquement. Si inspirez le public est votre seule motivation, vous risquez d’être trop creux et d’être perçu comme un manipulateur.

« La capacité d’inspirer se mérite. Ce n’est pas en regardant le public avec de grands yeux et en lui demandant de trouver dans son cœur de quoi croire à votre rêve que vous y arriverez, mais en ayant réellement un rêve qui a tout pour séduire. Et ça ne tombe pas du ciel. Il faut du sang, de la sueur et des larmes. »

Trouver le fil conducteur

Il vous faut un plan. Où voulez-vous emmener votre public. Autre point important : le fil conducteur doit être surprenant et imprévisible. Exemples de fils conducteurs donnés par l’auteur:

  • « La vulnérabilité est un bien précieux, pas un vice qu’il faut dissimuler. »
  • « Multiplier les choix possibles entraîne une diminution du bien-être. »

« Quand le public sait où vous allez, il lui est beaucoup plus facile de vous suivre ».

Comment respecter les 18 minutes imposées par TED tout partageant tout ce qu’on veut dire ?

  • Mauvaise méthode : Parler de votre sujet dans sa globalité, mais en réduisant chaque partie afin que ça rentre dans les temps.  Malheureusement, trop surcharger n’est pas une bonne idée. Au final, vous allez parler de tout mais sans rien expliquer. Personne ne va comprendre.
  • Bonne méthode: sélectionner uniquement une idée en particulier dans votre sujet et développez là. Oubliez tout le reste.

« Pour garantir l’efficacité de votre propos, réduisez l’éventail des sujets que vous voulez aborder à un seul fil conducteur que vous développerez ensuite. Ce que vous sacrifiez en variété, vous le gagnerez largement en impact. « 

La checklist pour vérifier l’efficacité de son fil conducteur

  1. Est-ce un sujet qui me passionne ?
  2. Suscite-t-il la curiosité ?
  3. Est-ce qu’il apportera quelque chose aux spectateurs ?
  4. Ce que je dis est-il nouveau ou est-ce du réchauffé ?
  5. Suis-je réellement capable d’expliquer tout ça ?
  6. Ai-je assez de crédibilité ?
  7. Comment le résumé en 15 mots ?

 

Les outils pour parler en public comme TED #2

Créer le contact par des allusions personnelles

Pour que le public vous fasse confiance et adhère à votre message, vous devez:

  • établir d’entrée un contact visuel
  • montrer votre vulnérabilité . Condition: restez authentique et ne JAMAIS partager ce que l’on assume pas.
  • utiliser l’humour: les meilleures blagues sont celles qui s’inspirent de vos observations. Elles sont plus naturelles et s’adaptent au thème.
  • laisser votre ego au vestiaire
  • raconter des histoires
  • faire attention aux sujets politisés

4 conseils pour raconter des histoires irrésistibles

  1. Choisissez un personnage qui suscite l’empathie
  2. Ajouter une intrigue ou un risque pour susciter la curiosité
  3. Soyez vigilant avec les détails : s’il y en a trop, ça devient ennuyeux. S’il n’y en a pas assez, l’histoire devient incompréhensible.
  4. Soignez la chute

Expliquer des concepts difficiles

Il n’est pas toujours facile d’expliquer des concepts difficiles surtout lorsqu’on est un expert. La cause est « the curse of knowledge« . Il est difficile de se mettre à la place du public quand on connaît. Voici ce que recommande l’auteur pour bien expliquer:

  1. Éveillez la curiosité : il faut que le sujet soit suffisamment surprenant pour que le public ne veuille plus partir avant de connaître la solution.
  2. Introduire les concepts un par un : identifier les concepts indispensables et prenez le temps de les expliquer un par un. Le public risque de ne pas comprendre le message global.
  3. Recourir à la métaphore : expliquer un concept difficile avec une image que tout le monde comprend.
  4. Utiliser des exemples et anecdotes.

Convaincre et faire changer d’avis

« Si expliquer revient à forger une idée résolument nouvelle dans l’esprit d’un individu, convaincre relève d’une démarche un peu plus radicale : avant de construire, il faut d’abord démolir. »

  1. Faire accepter au public que sa vision du monde n’est pas tout à fait juste. Partagez des histoires ou des métaphores qui font douter nos suppositions initiales.
  2. L’amorce: vous partagez votre grande idée
  3. Utiliser la raison : Il ne suffit pas de détruire la vision initiale du public. Il s’agit maintenant de la reconstruire. Pour cela, rien de plus puissant que la raison.
  4. La logique seule est barbante. Nécessaire mais ennuyeuse. Vous devez utiliser d’autres outils comme l’humour, des anecdotes, des exemples, validation de tiers, support visuel convaincant…

On entend souvent que la raison n’est pas un bon outil pour convaincre. C. Anderson pense surtout que la raison prend plus de temps avant de faire effet :

« La logique ressemble plus à un chêne qui prend son temps pour pousser qu’à une mauvaise herbe envahissante. Ses racines sont profondes et solides, et parvenue à maturité, elle peut transformer à jamais le paysage environnant. »

Prise de parole en public

Comment préparer une prise de parole #3

6 conseils pour une présentation visuelle percutante

  1. Un support visuel ne doit pas répéter ce que vous dites à l’oral. Il doit ajouter de la valeur ajoutée.
  2. N’utilisez qu’une seule police de caractères par présentation. Généralement police bâton (sans serif)
  3. Pour les conférences, ayez une taille de police minimum de 24.
  4. Couleur du texte : simplicité et contraste sont indispensables. Il faut qu’on puisse facilement lire. Dans le doute, prenez la couleur noire sur fond clair.
  5. N’oubliez pas les crédits et les droits photos ou vidéos.
  6. Faites appel à des designers graphiques si besoin

Faut-il apprendre son texte par cœur ?

Deux stratégies possibles :

  • Rédiger intégralement le texte pour le lire ou le réciter : plus facile de rester dans le temps imparti. Possibilité de partager son texte en amont. Malheureusement, vous perdez en authenticité la plupart du temps. Toutefois, c’est possible d’apprendre le texte par cœur au point où il semblera naturel. Mais vous avez besoin de beaucoup de temps et d’entraînement.
  • Avoir un texte structuré mais non rédigé pour garder de la spontanéité.

Faut-il mieux un discours familier, courant ou soutenu ? Tenez-vous en au langage parlé qui est plus vivant et authentique.

« Ce qui compte avant tout, c’est que l’orateur soit sûr de lui et suffisamment à l’aise pour faire sa conférence en se concentrant au mieux sur son sujet. »

Les répétitions

Il n’y a pas de secret. Les meilleurs orateurs sont ceux qui répètent le plus. L’auteur partage plusieurs témoignages qui disent tous plus ou moins la même chose : répéter encore et encore.

« Les musiciens répètent avant de se donner en concert. Les comédiens répètent avant la grande première. Pour une conférence, les enjeux sont aussi importants, voire plus, que pour une pièce de théâtre ou un concert, et pourtant vous êtes encore nombreux à penser que vous n’avez qu’à monter sur scène pour réussir du premier coup. »

Commencer un discours

Quatre façons de ne pas rater son entrée:

  1. Pas besoin de faire de remerciements, rentrez directement dans le vif du sujet
  2. Éveillez la curiosité du public (en posant une question par exemple)
  3. Montrez un visuel qui suscite l’attention
  4. Ne dévoilez pas tout dès le début : Dans le film Les dents de la mer de Spielberg, le requin apparaît pour la première fois, uniquement dans la deuxième moitié du film.

Conclure un discours

Comment NE PAS conclure :

  • Faire des remerciements incessants: un simple merci suffit
  • « Je conclue avec une vidéo qui résume les points ». Surtout pas ! Le rideau doit tomber sur vous, pas sur une vidéo.
  • Finir avec une phrase clichée : « L’avenir est pavé d’enjeux et d’opportunités. Rêvons ensemble à ce que nous voulons voir changer dans le monde. « 
  • « Voilà, c’est fini. Des questions ? »
  • « Je suis désolé, je n’ai pas eu le temps d’aborder tous les points. » Ne vous excusez pas.

4 façons de bien finir : l’auteur donne davantage de pistes dans son livre, j’ai retenu uniquement celle qui m’ont semblé claires.

  1. Déclencher un appel à l’action
  2. S’engager personnellement sur sa thématique
  3. Partager sa vision et sa valeur
  4. Reformuler son idée une dernière fois d’une façon très claire

 

Une fois sur scène : avoir la prestance d’un conférencier TED #4

Comment s’habiller ?

  1. N’attendez pas le dernier moment pour trouver votre tenue.
  2. Portez une tenue dans laquelle vous vous sentez bien.
  3. Habillez-vous un peu plus classe que votre public.
  4. Portez des habits où la transpiration ne se voit pas.
  5. N’oubliez pas de vous concentrer sur vos idées et non sur votre look.

Gérer son stress et se préparer psychologiquement

L’auteur prend l’exemple de Monica Lewinsky qui a énormément stressé avant sa conférence TED. Elle avait deux mantras. Le premier est « C’est ça qui compte ». Même si elle était stressée, elle savait que réaliser cette conférence était la bonne chose à faire. N’oubliez pas votre objectif final. Son deuxième mantra est « Je peux le faire ».

Elle a également essayé l’EFT (technique de libération émotionnelle), elle a utilisé la posture du pouvoir d’Amy Cuddy, elle allait régulièrement se promener pour prendre l’air.

Autres techniques :

  • Buvez de l’eau avant sa prestation
  • Respirez
  • Ne pas avoir l’estomac vide
  • Se souvenir du pouvoir de la vulnérabilité (si ça vous fait du bien, partagez rapidement votre stress au public).
  • Faites-vous des amis dans le public
  • Ayez un plan B au cas où ça tourne mal.
  • Concentrez-vous sur votre sujet et votre but.

J’ai écrit un article complet à ce sujet si ça vous intéresse : Comment ne pas avoir le trac en public ?

Faut-il avoir un pupitre, des fiches, un prompteur ?

Avoir un pupitre est rassurant et sécurisant: il cache nos chaussures mal cirées, nos mains tremblantes, notre chemise mal repassée… Problème : ça crée une distance entre l’orateur et le public. Ce n’est pas bon pour créer du lien. Donc, si vous pensez en avoir besoin pour poser vos notes, utilisez un pupitre avec un pied fin (comme Monika Lewinsky dans sa vidéo TED).

Évitez les prompteurs, ça donne l’impression que vous trompez le public en lui faisant croire que vous les regardez (alors que ce n’est pas le cas). Soit vous utilisez un pupitre, soit vous utilisez des fiches  pour vous souvenir de votre texte. C’est plus naturel et authentique.

Fait marrant: les intervenants TED utilisent principalement les fiches lors des conférences. Pourtant, on ne les voit jamais leur jeter un coup d’œil. En réalité, c’est toujours coupé au montage.

Comment avoir de la présence et affirmer sa voix sur scène ?

« Vous disposez d’au moins six outils : le volume, la hauteur de la voix, le rythme, le timbre, le ton et ce qu’on appelle la prosodie, cette musicalité qui permet de distinguer une affirmation d’une question.

[…] Pour ma part, je crois que le principal est de mettre de la variété dans le discours en fonction du sens que l’on veut transmettre. »

Oubliez le style oratoire des grands hommes politiques de l’histoire.

« La prise de parole en public date de bien avant l’époque des micros. Pour s’adresser à une foule plus ou moins dense, les orateurs étaient forcés de ralentir le rythme, de prendre une longue inspiration et de se lancer en marquant une vraie pause après chaque phrase. C’est ce qu’on appelle le style oratoire.

[…] Mais à notre époque, il ne faut pas trop en abuser. »

Les nouveaux formats des conférences à large spectre

C. Anderson parle de toutes les vidéos TED faites de façon originale. Voici quelques exemples: utiliser des écrans panoramiques, apporter un objet sur scène, conférence en mode interview, ajout d’une ambiance musicale, la méthode Lessig (c’est incroyable, allez voir sa vidéo TED: il défile les slides à très grande vitesse), méthode Pecha Kucha, la conférence à deux, faire des apparitions inattendues…

 

Réflexions finales du livre Parler en public : TED #5

« L’efficacité des TED n’est pas seulement liée à une synergie entre la technologie, le divertissement et le design, mais aussi et surtout à la « connexité » entre toutes les formes de savoir. »

« Pour une compréhension plus profonde de notre humanité, enfin, il ne suffit pas d’écouter ses parents ou ses amis, ou des psychologues, neurobiologistes, historiens, experts en biologie de l’évolution, anthropologues, guides spirituels. Il faut savoir les écouter TOUS. »

FORMATION GRATUITE

Faire bonne impression dans n'importe quelle situation

Recevez une vidéo d'1H pour donner la meilleure image de vous-même dès les premiers instants. 

Laisser un commentaire