Résumé du livre « The Credibility Code » – Cara Hale Alter

Cet article est un résumé du livre The Credibility Code de Cara Hale Alter. C’est un très bon livre sur la crédibilité. Il est très facile de donner des conseils creux lorsqu’on parle de langage non verbal. Pourtant, l’auteur est parvenue à donner suffisamment de détails pour rendre son contenu intéressant. De plus, elle a alimenté son livre d’exemples et d’exercices qui ajoutent une valeur ajoutée au livre. Je recommande cette lecture si vous pensez devoir améliorer votre communication non-verbale (livre en anglais).

 

Cara Hale Alter

 

Tenir une posture crédible

1. Garder sa colonne vertébrale droite et forte

Garder sa colonne vertébrale verticale et forte donne une image dynamique, plus concentré et déterminé.

2. Avoir un bon équilibre au sol

« Le mécanisme de défense le plus courant pour gérer les situations intimidantes est d’agir de manière décontractée et de nous faire paraitre plus petits. »
Quand on se trouve dans une situation inconfortable, on essaye d’adopter une posture décontractée pour montrer qu’on est à l’aise. Notre posture devient asymétrique, on se courbe davantage, on se relâche. Malheureusement cette posture n’accroît pas notre crédibilité. Alors oui, elle montre que vous n’êtes pas une menace et que vous êtes détendus, mais en fonction de votre objectif, ça ne joue pas forcément en votre faveur.
Evitez cette posture pour etre crédible
Posture décontractée mais qui diminue votre crédibilité

Le deuxième mécanisme de défense est de se faire plus petit : on croise les jambes, on se courbe légèrement, on serre les bras… Encore une fois, cette attitude communique le stress et le manque de confiance en soi.

Quelle est la bonne posture pour augmenter sa crédibilité ? Tenez vous droit, faites-vous plus grand que ce que vous êtes et soyez bien ancré dans le sol. Cette posture est aussi bien pertinente lorsque vous êtes debout ou assis.

MISE EN APPLICATION : Lors de votre prochaine pause café, gardez à l’esprit les postures suivantes :

  • Gardez votre colonne vertébrale droite.
  • Ayez les épaules alignés avec le bassin lui même aligné avec le reste du corps
  • Soyez bien ancré avec vos deux pieds fixés au sol. Évitez de croiser les jambes (même debout).

3. Garder sa tête au bon niveau

Pour augmenter sa crédibilité, voici ce qu’il ne faut PAS faire :

  • incliner la tête, ça donne l’impression que vous vous questionnez ou que vous attendez une approbation.
  • avoir le menton légèrement trop élevé : ça vous donne un ton condescendant et arrogant.

La bonne attitude gardez votre tête bien droite et parallèle au sol, ni trop élevée ni trop bas.  Deuxièmement, bougez votre tête indépendamment du reste du corps. Au lieu d’orienter tout votre corps vers une personne, déplacez uniquement votre tête. Imiter la position de l’aigle qui surveille son environnement: cet animal charismatique bouge sa tête avec fluidité sans bouger son corps.  Pourquoi ? Rester immobile est le signe de l’autorité et du pouvoir.

4. Pointer le nez directement vers l’interlocuteur

Pour donner une image d’une personne simple, concentré et direct, faites attention à pointer votre nez vers votre interlocuteur. Simple.

5. Commander l’espace autour de vous

Voici les quatre règles à suivre pour rester crédible pendant une présentation :

  • Se déplacer, c’est okay. Mais lorsque vous arrivez à votre ddestination, ancrez vous bien dans votre position.
  • Ne vous déplacez pas plus d’une fois par minute ou par message. Sinon c’est trop.
  • Restez face à votre auditoire où que vous soyez.
  • Gardez la tête droite lorsque vous vous déplacez. Les débutants regardent souvent où ils marchent.

Point important : ces règles sont valables lorsque vous vous exprimez. En revanche, lorsque vous êtes dans une position d’écoute, votre posture doit être différente: relâchez-vous.

 

Utiliser les bons gestes

1. Ne pas crisper ses gestes

Les gestes des mains sont naturels. Nous les utilisons en permanence sans nous en rendre compte. La difficulté est donc de garder des gestes naturels lorsqu’on est stressé ou mal à l’aise. Voici ce qu’il faut éviter : les bras croisés, les mains dans les poches, les mains dans le dos (comme les militaires), les mains devant son appareil génital (comme les footballeurs avant un coup franc), vos mains entremêlées, les gestes nerveux… En bref, évitez tout ce que vous ne faites pas d’habitude.

2. Synchroniser les mains et les mots

3. Engager l’interlocuteur

Il y a trois types de gestes :

  • Reach : c’est lorsqu’on fait un geste en direction de l’interlocuteur pour l’engager dans la conversation.
  • Show: vos mains illustrent votre message.
  • Chop: vos mains soulignent vos propos importants.

L’important est de varier régulièrement ces trois types de geste.

4. Garder vos mains dans la « gesture box »

Vos gestes ne doivent pas dépasser la « gesture box », c’est-à-dire les mains ne doivent pas aller plus haut que le sternum, pas plus bas que vos hanches et pas plus large que vos épaules. Évitez de sortir de cette zone.

L’auteur parle également des micro-expressions dans cette partie. Selon elle, les gens réagissent de deux façons lorsqu’ils ne sont pas à l’aise : Soit ils sourient en permanence (ce qui donne une impression de fausseté), soit ils gardent un visage complètement impassible. Évidemment, il s’agit des deux cas de figure extrême, mais on se situe tous plus ou moins dans ce spectre. L’objectif est de prendre conscience de notre attitude pour la rendre ensuite plus naturelle.

 

Trouver sa voix

1. Parler avec un volume de voix optimal

Lorsque l’auteur évalue les participants à ses ateliers, elle donne une note allant de 1 à 5 :

  1. Absent: la personne est inaudible.
  2. En dessous de la moyenne : on peut à peine entendre la personne même lorsqu’on est concentré.
  3. Adéquate : on entend la personne si on se concentre pour l’écouter.
  4. Optimal : on entend tout ce que dit la personne sans effort.
  5. Trop bruyant:  l’interlocuteur crie !

La note idéale est 4, or elle observe que la plupart des participants se trouvent à 3 (« adéquate »). Pourquoi ? Ils ne veulent pas prendre le risque d’être trop bruyant et de gêner les autres. En gardant un volume adéquate, ils ne prennent pas de risque.

Pourtant, la crédibilité est très souvent associée à volume de voix puissant. Il faut donc passer au niveau 4.

2. Articuler clairement

Selon l’auteur, seulement une personne sur 50 a une bonne articulation. Améliorer son articulation n’est qu’une question de mémoire musculaire de la mâchoire. Une rapide amélioration est possible en ouvrant davantage la bouche au moment de parler.

Article qui pourrait vous intéresser : Comment améliorer sa diction ?

3. Garder un rythme modéré

Essayez d’avoir un rythme de 170 mots/minute. Si vous parlez plus vite, vous allez donner une image d’une personne frénétique et nerveuse. Si vous parlez plus lentement, vous allez endormir votre interlocuteur. N’hésitez pas à faire des pauses dans votre discours pour souligner les points importants. Selon les chercheurs, vous serez perçu comme plus intelligent et préparé.

4. Utiliser les expressions vocales pour rendre votre message vivant

L’auteur montre à quel point votre intonation, la ponctuation et l’énergie que vous mettez peut changer votre message. Par exemple, en fonction de la façon de les dire, les phrases suivantes n’ont pas la même signification :

  • A women, without her man, is nothing. // A women : without her, man is nothing.
  • Let’s eat, mommy. // Let’s eat mommy.

5. Utiliser le diaphragme pour une meilleure résonance vocale

Pour augmenter sa crédibilité, il faut apprendre à utiliser son diaphragme pour avoir une voix puissante. L’auteur recommande vraiment de faire appel à un coach vocal, ça fera la différence. Tous les grands acteurs ou hommes politiques ont appris à travailler leur voix grâce à un coach.

 

Comment faire un eye contact ?

« Une personne qui prend le temps de créer un contact visuel peut plus facilement lire les signaux non-verbaux des autres personnes. »

1. Maintenir le contact visuel pendant 3 à 5 secondes

L’auteur recommande de créer regarder son interlocuteur dans les yeux pendant trois à cinq secondes. Pas moins car ce n’est pas assez pour créer une vraie connexion avec l’interlocuteur. Pas trop non plus, parce que ça risque d’être dérangeant.

Que regarder lorsque vous rompez le contact visuel ? Ne regardez pas vers le bas, essayez de regarder quelqu’un d’autre ou de regarder sur le côté. Essayez toujours de garder le regard droit et parallèle au sol.

2. Engager visuellement chaque personne dans la pièce

Beaucoup de gens font l’erreur de ne regarder que les gens importants durant une réunion. Ils ignorent les stagiaires ou les gens de moindre importance. Essayez de regarder tout le monde pour vous comporter comme un leader.

EXERCICE : Collez des post-it sur votre mur. Posez-vous une question impromptue et répondez-y en gardant un contact visuel pendant 3-5 secondes avec chaque post-it.

3. Rester concentrer et présent tout le long de la prestation

4. Rester naturel et interactif

 

Supprimez ces quatre habitudes qui tuent votre crédibilité

En finir avec les tics verbaux (voilà, euh, donc…)

Les tics verbaux tuent la crédibilité. Ils empêchent votre interlocuteur de comprendre votre message et ils montrent que vous n’êtes pas sûr de vous. Il est vraiment important de réussir à supprimer ces tics ou bien à les remplacer par des silences.

Éviter de finir une phrase avec une inflexion de voix vers le haut

L’inflexion de voix définie les changements d’intonation. L’auteur recommande de ne surtout pas finir ses voix avec une inflexion vers le haut (comme si on posait une question). Ça donne une image immature et d’un manque de confiance. Pour être crédible, la bonne inflexion est de finir sa phrase avec une inflexion vers le bas.

Ne pas bouger frénétiquement

Lorsque vous êtes assis, évitez de bouger en permanence. Ça perturbe vos interlocuteurs. Comme on en a déjà parlé, l’immobilisme est signe de pouvoir et de crédibilité.

Supprimer les excuses ou les commentaires sur son propre comportement

Ne vous excusez pas lorsque vous faites une erreur. Vous devez vous entraîner à ne jamais communiquer vos préoccupations au public. Le faire est un signe de faiblesse et une perte de crédibilité.

  • Ne pas céder à la réponse Tend and Befriend

En cas de danger, il est connu que l’être humain possède deux réponses : fuite ou combat. Il existe pourtant une troisième réponse peu connue :  Tend and befriend response

Cette réponse consiste à faire ami-ami avec l’ennemi lorsqu’on se sent en danger. Comment ça se répercute dans le comportement humain ? On se force à sourire, on se fait plus petit, on dit oui à toute proposition, on prend une attitude tranquille… Et ça fonctionne la plupart du temps. Mais si vous adoptez cette réponse, vous perdez en autorité et en respect. Si vos interlocuteurs vous intimident, ne cédez pas. Gardez une voix forte, une posture droite et un contact visuel permanent.

 

Créer un connexion avec son interlocuteur

Projeter son énergie et son message

Lorsque d’un échange, vous devez imaginer lancer une balle à votre interlocuteur en même temps que vous lui communiquez votre idée. Cela implique de tourner votre attention vers lui, de l’avoir en visuel et d’envoyer votre message ni trop fort ni trop doucement afin qu’il le réceptionne bien.

Attendre et déclencher des réactions

L’attention de vos interlocuteurs n’est pas illimitée. Restez attentif aux signaux faibles : si vous voyez que vous commencer à perdre l’attention du public, alors posez des questions, changez d’activité…

Développer l’écoute active

Parfois, votre crédibilité est gagnée ou perdue non pas lorsque vous parlez, mais lorsque vous écoutez. Votre image de personne attentive est aussi importante que votre image d’orateur.

Article qui pourrait vous intéresser : Comment être à l’écoute ?

 

Trouver l’équilibre entre l’autorité et l’accessibilité

augmenter sa crédibilité

Comment savoir le style de communication à améliorer ? Pour le découvrir, posez-vous la question suivante:

Comment aimeriez-vous être qualifié par les autres en trois adjectifs ?

  1. Vous avez besoin d’améliorer votre côté autoritaire si vous choisissez les adjectifs suivants : puissant, intelligent, fiable, influent, honorable…
  2. Inversement, vous devez améliorer votre accessibilité si vos adjectifs ressemblent aux suivants : amical, coopératif, expressif, dynamique…

 

Conclusion du livre The Credibility Code de Cara Hale Alter

« Apprendre à faire du vélo est difficile. Faire du vélo est facile. »

L’auteur nous rappelle que le plus dur, c’est l’apprentissage. Il faut déconstruire ses habitudes pour en créer de nouvelles, et ça demande des efforts. Pourtant, une fois qu’on a réussi à adopter les bons gestes, ça devient extrêmement facile de les appliquer au quotidien.

Cara Hale Alter propose un plan d’action pour vous améliorer :

  1. Filmez-vous et observez comment vous vous comportez.
  2. Sélectionnez trois compétences vues dans le livre que vous souhaiteriez améliorer.
  3. Utilisez les exercices du livre pour les pratiquer.
  4. Gardez-vous une période spécifique pour vous entraîner.

Enfin, en plus de ce plan d’action, l’auteur rappelle les principes d’entraînements suivants :

  • Pratiquez en situation où il n’y a aucun risque ni enjeu.
  • Améliorer une compétence à la fois.
  • Entraînez-vous régulièrement.
  • Trouvez un partenaire pour pratiquer, c’est plus marrant.
  • Pratiquez en ajoutant des distractions pour se challenger.

FORMATION GRATUITE

Faire bonne impression dans n'importe quelle situation

Recevez une vidéo d'1H pour donner la meilleure image de vous-même dès les premiers instants. 

1 réflexion au sujet de « Résumé du livre « The Credibility Code » – Cara Hale Alter »

Laisser un commentaire