Comment être sociable ?

Même si on aime tous rester chez soi devant une bonne série Netflix, on ressent l’importance d’être sociable. A force de devenir un ours des cavernes, on perd en estime de soi, on ne rencontre plus personne, on rate des opportunités… En bref, notre vie devient ennuyeuse. Le problème, c’est qu’être sociable demande de sortir de sa zone de confort et ce n’est pas toujours facile.

Personnellement, même si je me considère comme quelqu’un de sociable, ça me demande toujours des efforts pour aller vers les autres. Dans cet article, je vous partage huit principes que je m’impose pour être toujours plus sociable. Bonne lecture !

 

3 états d’esprit à adopter pour devenir sociable :

Pour être sociable en soirée ou lors d’un événement networking, j’essaye toujours d’adopter les trois états d’esprit suivants:

  • Voir tout le monde comme une opportunité – Vous ne savez jamais à quel point une rencontre peut bouleverser votre vie. Le 9 août 1969, l’acteur Steve Mcqueen décline l’invitation de Sharon Tate, car il préfère rester avec une femme qu’il a rencontrée le jour même. Sans le savoir, il va échapper au massacre perpétré par la famille Manson le soir même. Bref, soyez sympa et ouvert à la rencontre, on sait jamais.
  • Être positif et enthousiasme – Ce n’est pas facile, surtout quand on est français. Nous avons toujours envie de nous plaindre, de critiquer les voisins ou d’être pessimiste sur l’avenir. Je connais certains groupes de personnes qui reposent uniquement sur ce type d’interaction. Mais c’est malsain quand c’est dans l’abus ! Pour cette raison, résistez à l’envie de dégager ce négativisme si vous voulez être sociable. Les gens ont besoin de positif et ils vous remercieront pour ça.
  • Apporter de la valeur au lieu d’en prendre – nous abordons souvent les gens pour prendre : prendre de l’argent, prendre de l’attention, prendre de la reconnaissance… Mais en réalité, c’est plus facile d’avoir un état d’esprit du don. Qu’est-ce que je peux apporter aux gens ? Comment puis-je rendre service ? Puis-je complimenter ou féliciter telle personne ?

 

S’intéresser aux autres

« Vous vous ferez plus d’amis en deux mois en vous intéressant sincèrement aux autres que vous ne pourriez en conquérir en deux ans en vous efforçant d’amener les autres à s’intéresser à vous. » Dale Carnégie

J’ai fait une petite soirée récemment où quasiment chaque personne avait une passion à côté de son travail : il y avait un apiculteur, un DJ, une créatrice de bijoux. Lorsque vous tombez sur des gens dont la passion est évidente, créer du lien devient facile : il suffit de s’intéresser à leur travail. Par expérience, je m’en rends compte avec mon métier de magicien, les gens sont rarement curieux. Ils se limitent à une question du type  « comment as-tu commencé ? « .

C’est très bien mais il est possible de poser beaucoup plus de questions encore :

  • Pourquoi tu as commencé ce projet ?
  • Comment t’es-tu formé  ?
  • Est-ce que tu as un compte Instagram où je peux te suivre ?
  • Ce n’est pas trop dur de trouver l’équilibre entre travail, passion et amis ?
  • Comment parviens-tu à te faire connaître ?
  • Où trouves-tu l’inspiration ?

Les questions sont infinies lorsque vous avez identifié la passion de votre interlocuteur. Et vous pouvez être sûr de deux choses : d’abord, vous allez apprendre plein de choses. Deuxièmement, votre interlocuteur sera vraiment heureux de vous partager sa passion.

Comment faire si mon interlocuteur n’a pas de passion ?

Tout le monde n’a pas de grande passion dans la vie. En revanche, nous avons tous des centres d’intérêts sur lesquels nous adorons discutés. La difficulté c’est qu’ils sont moins « visibles » que les passions. Il faut donc faire un effort pour les déceler.

 

S’exprimer avec générosité lorsqu’on vous pose des questions

Il ne faut jamais oublier qu’une discussion est un échange entre deux personnes. Je vous ai parlé de l’importance de vous intéresser aux autres, mais au bout d’un moment, l’interlocuteur vous posera une question à son tour.

A ce moment-là, vous ne pouvez pas vous permettre de répondre par une phrase simple et trop directe. Par exemple, imaginez que vous venez d’écouter une personne pendant 20 minutes sur sa passion. Parfait. Maintenant, cette personne, souhaite s’intéresser à vous et vous demande si vous avez un centre d’intérêt. S’il vous plaît, ne répondez pas : « Non pas vraiment, j’aime bien boire des bières avec des potes, mais j’ai pas de passion comme toi haha ».

[…]

Vous venez de tuer la discussion. D’abord, vous ne donnez aucune chance à l’autre de vous poser plus de questions. Ensuite, vous venez de vous dévaloriser ce qui met votre interlocuteur mal à l’aise. Enfin, si vous reposez une question après cette phrase, vous allez passer pour un détective privé. La conversation s’arrête donc ici. Pour être sociable, il faut être capable d’écouter, mais aussi de parler de soi avec enthousiasme, passion et générosité.

 

Aller vers les autres et initier la conversation

Il arrive de se trouver dans des événements où on ne connaît personne. Et je vous rassure, personne n’est à l’aise dans cette situation. On bénit toujours celui qui vient nous adresser la parole et nous sortir de notre solitude. Désormais, prenez directement l’initiative et engagez la conversation avec les autres. De manière générale, soyez toujours celui qui dit bonjour et sourit en premier. Vous verrez que les gens sont heureux de vous répondre.

Comment initier la conversation ?

  1. Essayez de trouver les gens seuls. C’est plus facile que d’arriver dans un grand groupe.
  2. Évitez d’interrompre une discussion profonde. On pourrait vous en vouloir. Pour cela, soyez toujours attentif au langage non verbal des gens : sont-ils vraiment concentrés dans la discussion ?
  3. Avant d’engager la conversation, ayez une idée en tête de la phrase d’accroche.

Article qui pourrait vous intéresser : Comment engager une conversation ?

 

devenir sociable

 

C’est difficile d’être sociable partout : identifiez les lieux où vous vous sentez bien

Il y a des lieux où on se sent mieux que d’autres. C’est comme ça. Je vous invite à faire l’exercice suivant : prenez une feuille et tirez trois traits. Dans la première colonne, écrivez tous les lieux où vous vous sentez vraiment bien. Dans la deuxième, écrivez les lieux neutres puis enfin, écrivez les endroits où vous avez envie de fuir dès que possible.

En faisant et exercice, vous allez vous rendre compte qu’en fonction du lieu, vous êtes plus ou moins sociable. Par exemple, je ne me sens vraiment pas à l’aise dans un festival et une boîte de nuit. Pendant longtemps je me forçais à y aller (pression sociale), mais ma motivation ne s’est pas améliorée. Je ne passais jamais de bons moments. Comment voulez-vous être sociable dans un endroit qui vous fait fuir ? Désormais, apprenez à dire non aux endroits qui vous posent problème et privilégiez les lieux où vous vous sentez bien.

être sociable

 

S’adapter aux autres personnes présentes

Pour être sociable, il faut être capable de « lire une salle » et ressentir les dynamiques sociales. En étudiant la notion de popularité chez les jeunes enfants, les chercheurs se sont rendus compte du phénomène suivant : si vous mettez un enfant « populaire » dans un nouveau groupe d’enfant, il va toujours prendre le temps d’observer et de s’adapter à la dynamique de groupe. Il ne va jamais proposer d4idées qui vont à l’encontre de la dynamique de classe.

Même en tant qu’adultes, nous devons prendre cette habitude de « lire une salle » pour devenir sociable. Voici trois façons d’y parvenir :

  • Mettez-vous au même niveau d’énergie – faites attention à l’humeur et à l’ambiance d’un’ pièce quand vous arrivez. Si tout le monde est concentré sur une tâche difficile, évitez de faire une blague. De même, si les gens ne sont pas encore réveillés la matin, évitez de trop les brusquer. Inversement, si vos amis pètent le feu, enthousiasmez-vous ! Etc…
  • Décrypter les codes  sociaux – quand on ne connaît pas un endroit, il faut y aller prudemment sur la façon de se comporter : est-ce que les gens se vouvoient ? Quels sont les sujets de conversation type ? Quel est le type d’humour ? Tant que toutes ces questions ne sont pas élucidées, faites-vous discret.
  • Décoder la langage non verbal – Soyez attentif à comment se comportent les gens entre eux et avec vous. Est-ce que les gens sont intéressés par ce que vous dites ? Suis-je en train de me faire séduire ? Cette personne a-t-elle confiance en elle ? J’ai écrit un article à ce sujet si ça vous intéresse : Comment décoder le langage non-verbal ?

 

3 habitudes à supprimer pour devenir sociable

#1 Donner des conseils quand on ne vous en demande pas

Je m’entraînais pour un marathon récemment, mais je me suis blessé au genou après deux semaines d’entraînement (la loose). J’en parle à une connaissance et puis en ni une ni deux, je me suis pris trois conseils sur la manière de m’échauffer. Ça m’a gonflé et je suis parti de la discussion.

Dans 90% des cas, une personne qui vous raconte ses problèmes ne demandent qu’à être compris. C’est tout. Généralement, les gens savent demander de l’aide lorsqu’ils ont besoin. Et s’ils ne le font pas, tant pis pour eux. Ce n’est pas à vous d’apporter la solution.

#2 Le « je-sais-tout »

On a tendance à vouloir montrer aux autres qu’on a une connaissance incroyable. Je ne sais pas pourquoi on cherche à faire ça, sachant que tout le monde s’en fiche.

« Sois plus sage que les autres, si tu peux; mais ne leur fait pas sentir. » Lord Chesterfield à son fils

#3 Regarder son téléphone portable dès qu’on n’a rien à faire

Le téléphone portable a résolu un énorme problème de l’humanité : au moindre signe d’ennui, on peut se divertir en naviguant sur nos applications. Il suffit d’observer les gens dans les transports en commun, la grande majorité est sur son téléphone. Et il n’y a pas de mal, je suis le premier à le faire. En revanche, cette habitude est désormais si ancrée, qu’on continue de le faire quand il ne faut pas. Personne ne veut déranger une personne qui est sur son téléphone. Vous envoyez le signal suivant : « désolé, je ne suis pas disponible, passez votre chemin ». Ça pose donc un problème pendant en soirée si vous voulez être sociable.

 

Respecter les règles simples du savoir-vivre pour être sociable

J’ai eu une discussion une fois avec mon ami viticulteur Charles des Cinq Peyres au sujet des saisonniers qui travaillaient à son domaine. A l’époque, il y en avait beaucoup qui venaient travailler avec lui et je lui ai demandé si ce n’était pas trop dur de gérer tous ces gens qu’il ne connaissait pas.

Il m’a donné une réponse simple, mais qui m’a marqué : « Je ne demande pas beaucoup de choses aux gens qui viennent travailler pour moi : il suffit qu’ils aient le sourire, qu’ils arrivent à l’heure, qu’ils fassent de leur mieux et qu’ils soient respectueux des autres. Rien de très compliqué. » Désormais, je me remémore toujours cette phrase quand j’arrive dans un environnement incertain. Que ce soit au travail ou en soirée entre amis, il suffit parfois de suivre la base du savoir-vivre pour être sociable. Pas besoin d’avoir une vie extraordinaire ou d’être un conteur d’histoires hors pair. Tenez-vous en à ces principes et votre vie sociale vous remerciera.

 

Conclusion – comment être sociable

Les occasions pour s’entraîner à être sociable ne manquent pas : que ce soit au travail, dans vos loisirs, dans les transports en commun, il est toujours possible d’interagir. Prenez cette habitude d’aller vers les autres et au fur et à mesure, vous serez à l’aise dans n’importe quelle circonstance.

De plus, être sociable ne signifie pas que vous devez toujours être dehors à faire de nouvelles rencontres. Si vous êtes un introverti (comme moi), vous avez besoin de temps seul pour vous ressourcer. Rien de mal à ça.

Dans tous les cas, j’espère que vous aurez apprécié cet article. J’ai écrit sur d’autres sujets si ça vous intéresse :

FORMATION GRATUITE

Faire bonne impression dans n'importe quelle situation

Recevez une vidéo d'1H pour donner la meilleure image de vous-même dès les premiers instants. 

3 réflexions au sujet de “Comment être sociable ?”

  1. Merci pour cet article pertinent !

    Complètement d’accord avec toi sur les groupes qui fonctionnent sur la critique : il y en a plein (surtout en milieu professionnel d’après ce que j’ai remarqué, peut-être que l’ambiance de concurrence entre collègues favorise la critique ?).
    Du coup personnellement, j’adopte la phrase : « de ton ami, dis du bien; de ton ennemi ne dis rien », et si ça continue à parler dans le dos des autres, je change de groupe !

    ps : très bon rappel sur les « conseils », rien de plus énervant en effet que quelqu’un qui pense avoir la solution à un problème que tu as depuis des années et qui te prend de haut en te donnant un conseil non sollicité 😉

    Hervé Lero

    Répondre
    • Salut Hervé,

      Merci pour ce commentaire et tes remarques pertinentes !!
      Pour les groupes qui fonctionnent sur la critique, je n’ai pas observé une différence particulière entre le milieu professionnel ou privé. Je pense que ça dépend beaucoup de la culture d’entreprise et des personnalités de chacun. Mais je te rejoins sur le point suivant : une ambiance qui favorise la concurrence génère probablement plus de critiques.

      Je suis ravi que l’article t’ait plu ! 🙂

      Répondre

Laisser un commentaire