Comment être à l’écoute ?

Être à l’écoute est primordial si vous souhaitez améliorer votre communication avec les autres. Une bonne communication repose sur l’échange entre deux personnes et pas uniquement sur votre propre façon de parler. C’est donc important d’y faire attention pour développer votre communication et vos relations interpersonnelles. Il existe beaucoup de techniques et d’astuces pour améliorer son sens de l’écoute, mais ce n’est pas toujours facile de les appliquer selon le contexte.

Dans cet article, on va aborder tous les freins qui peuvent vous empêcher d’être à l’écoute. Parfois il s’agit d’éléments extérieurs qu’il est possible de maitriser, et parfois il s’agit de freins intérieurs pour lesquels il faut supprimer l’habitude. Je suis sûr que ces freins vous parleront soit parce que vous « en avez été victime » (les gens ne vous écoutent pas à cause d’eux), soit parce que c’est une mauvaise habitude que vous essayez de supprimer.

« Savoir écouter, c’est posséder, outre le sien, le cerveau des autres. » Léonard De Vinci

Évitez d’être multitâche : être à l’écoute peut demander 100% de votre attention

« Il y a assez de temps pour tout faire au cours d’une journée, si tu ne fais qu’une chose à la fois, mais il n’y a pas assez de temps dans une année entière pour tout faire si tu fais deux choses en même temps. » Lord Chesterfield

On pense tous que nous pouvons faire plusieurs choses à la fois notamment des tâches simples comme conduire et parler à voix haute au téléphone. Ces deux actions ne représentent aucun effort pour notre cerveau. Toutefois, si on fait les deux en même temps, même si on a l’impression de maîtriser, en réalité, notre cerveau perd en efficacité.

Lors de mes spectacles de magie, j’utilise souvent une technique de détournement d’attention qui fonctionne à tous les coups : lorsque je souhaite effectuer une action secrète qui doit rester invisible, il me suffit de poser une question au spectateur. Le temps de réflexion me donne moins d’une seconde pour faire ce que j’ai à faire mais c’est suffisant. Étant donné que l’esprit humain est occupé à trouver une réponse (même simple), j’ai le temps de mon côté de faire ce dont j’ai besoin.

Pour revenir au sujet de l’article, le fait même d’écouter représente une action. Vous ne pouvez pas écouter correctement et faire une autre action en même temps. Le cas fréquent est celui de la personne qui cuisine et discute avec un proche au téléphone. Durant ce moment vous n’avez pas une écoute 100% efficace. Rappelez-vous les moments où un proche vous appelle pour quelque chose de sérieux et grave. Je suis sûr que vous vous êtes assis pour bien être à l’écoute et ne rien manquer. Donc lorsque vous avez un collègue, un employé ou un ami qui vient vous parler, arrêter tout ce que vous étiez en train de faire. Et si vous n’avez pas le temps, n’hésitez pas à reporter à un moment plus calme.

 

Un volume sonore élevé rend l’écoute active impossible

Quand je vais boire un verre avec un ami que je n’ai pas vu depuis longtemps, j’essaye toujours d’aller dans un endroit calme. C’est évident mais je suis surpris par le nombre de bars et restaurants où il est difficile de s’entendre et donc de s’écouter. Lorsque vous avez une discussion à assumer comme un entretien avec votre manager par exemple, assurez-vous que l’endroit soit calme.

Durant mes prestations de magie, il est très fréquent de devoir aller voir le DJ pour lui demander de baisser le volume sonore qui est trop élevé dès le début de soirée. En général, ils comprennent heureusement mais sans un volume faible, toute communication est impossible. Je suis sûr qu’il vous est déjà arrivé un événement où il y avait tellement de volume sonore qu’il vous était impossible de discuter avec vos voisins. D’ailleurs dans les moments où il est vraiment impossible de réduire le volume, les magiciens ont des tours de magie uniquement visuel. C’est moins efficace qu’un tour interactif mais c’est mieux que de parler dans le vide.

 

Vous avez tellement envie de parler que vous oubliez d’être à l’écoute

« Les auditoires ne se composent pas de gens qui écoutent, mais de gens qui attendent leur tour pour parler. » Alphonse Karl

Cette citation résume bien la situation. On assiste souvent à des discussions où on a tellement envie de parler et de partager ce qu’on a à dire qu’on oublie d’écouter les autres. Lorsque ça se passe ainsi, la discussion se termine souvent par des personnes qui font un monologue chacun leur tour. Dans ce cas-là, lorsque ça m’arrive, j’écris mon idée sur un papier pour ne pas oublier ce que je veux dire et je me concentre sur la personne qui parle. Ça se fait plutôt bien en réunion professionnel. Toutefois, on voit la limite de ma technique lorsque vous êtes avec des amis. Personnellement, je me vois mal prendre des notes avec des amis, ça fait beaucoup trop formel.

 

La complexité de la discussion peut rendre l’écoute difficile

Il y a des discussions qui demandent une attention et une écoute bien plus élevée qu’une discussion normale. Parfois, il faut à la fois retenir des détails précis, tout en comprenant le sens global (comprendre la stratégie, les jeux politiques, etc.), ainsi que comprendre les émotions des interlocuteurs.

On retrouve cette complexité notamment dans un entretien commercial où les enjeux sont importants. Il faut faire attention aux détails comme le nombre de commandes, les dates de livraison, les pourcentages de réduction… Il faut également comprendre le sens global de la discussion : Quel est le vrai objectif de l’interlocuteur ? Quelle est la stratégie ? Et enfin il faut savoir être empathique : qu’est-ce que ressent l’interlocuteur, est-il inquiet, en colère, plutôt relax…

Ceci n’est qu’un exemple, je suis sûr que vous connaissez d’autres situations similaires dans vos quotidiens. Dans ce type de discussion, il peut être très difficile d’avoir une écoute à 100%. Pourquoi ? Parce qu’on ne peut pas faire plusieurs choses à la fois. On ne peut pas se souvenir de tous les détails et en même temps être empathique avec l’interlocuteur ! Ce n’est pas facile à gérer mais voici quelques solutions pour garder son sens de l’écoute à 100% dans ce type de discussion :

  • Être plusieurs dans la discussion : un qui s’occupe de noter tous les détails importants, pendant que l’autre se concentre sur la discussion en général.
  • Enregistrer la discussion ce qui vous permet de ne pas faire attention aux détails : malheureusement, selon les contextes, il est rarement possible d’enregistrer une discussion.

 

sens de l'écoute

 

Les éléments perturbateurs d’une écoute active

Les notifications

De plus en plus, on a pris la mauvaise habitude de poser notre téléphone sur la table lors d’une conversation. C’est vraiment une mauvaise idée. Dès que j’y pense, j’essaye de le laisser dans mon sac. Mais si vous voulez casser votre capacité d’écoute, le téléphone et ses notifications sera le premier perturbateur. Dès qu’on reçoit une notification, on ne peut pas s’empêcher de vérifier la notification. C’est comme ça. Même si on sait que c’est moins important que la discussion en cours. Le problème c’est que ça nous coupe quelques instants de la discussion et pendant ce moment, notre écoute n’est pas au maximum. Ce que je recommande ici est simple et vous vous en doutez déjà : laisser le téléphone dans le sac et même mieux, le mettre en mode avion lors de la discussion ou du RDV. C’est plus facile à dire qu’à faire.

Une personne qui vient interrompre une discussion

Les notifications ne sont pas les seuls éléments qui peuvent perturber votre sens de l’écoute. Il peut arriver qu’une personne arrive pendant que votre interlocuteur parle. Dans ce cas, ce n’est jamais très agréable pour lui. De votre côté, essayer de vous rappeler où vous en étiez dans la conversation et relancer le dès que vous pouvez reprendre.  C’est important de montrer à votre interlocuteur deux choses :

  • Ce qu’il disait vous intéressez, c’est pour cela que vous le relancez
  • Vous étiez vraiment en train de l’écouter, car vous êtes capable de lui dire où il en était

 

On doit réfléchir à ce qu’on va dire

Ce frein intervient la plupart du temps lors d’une réunion où chacun doit prendre la parole. Étant donné que vous allez parler, vous préférez vous préparer mentalement et penser à ce que vous allez dire au lieu d’écouter les autres. Et à juste titre ! La plupart du temps, nous n’avons pas le temps de préparer nos interventions, nous agissons donc dans l’urgence.

On revient sur un des freins principaux qui est le fait qu’on ne peut pas faire deux choses à la fois. On ne peut pas écouter et penser à sa propre présentation. Il faut donc faire un choix : qu’est ce qui est le plus important dans le contexte de la réunion : ce que vous allez dire ou ce que vont dire les autres. Ou sinon la deuxième solution c’est de bien réfléchir à ce qu’on va dire avant la discussion. Et si l’enjeu de celle-ci est important, alors il va être primordial de bien s’entraîner également.

 

L’interlocuteur dit quelque chose avec lequel on n’est pas d’accord

Il n’y a rien de plus énervant qu’un débat où les deux parties se sont déjà convaincues elle-même. Dans ce genre de discussion, le niveau d’écoute est proche de zéro. Vous voyez probablement ce que je veux dire. C’est souvent ce qu’il se passe lorsque des sujets politiques sont abordés. Je reconnais que c’est parfois très difficile d’écouter véritablement l’autre en cas de désaccord. Pourtant il faut parvenir à :

  • Laisser votre interlocuteur finir sa phrase
  • Se mettre à la place de l’autre
  • Maîtriser ses émotions

Franchement, c’est plus facile à dire qu’à faire, surtout quand votre interlocuteur ne respecte pas lui-même ces règles. Bon courage !

 

La fatigue : être à l’ écoute demande de l’énergie

J’habite en Australie en ce moment et je peux vous garantir qu’à la fin d’une journée, je suis épuisé d’avoir parlé autant anglais. Vous pouvez être certain que mon niveau d’écoute est égal à zéro en soirée. Et c’est normal car écouter demande de la concentration et la concentration demande de l’énergie.

Si vous souhaitez donc améliorer vos relations sociales, privilégiez les discussions en début de journée. Je sais que d’habitude, il est plutôt conseillé de se réserver une matinée pour travailler sur des projets individuellement. Et cela à juste titre : notre motivation et notre autodiscipline est plus forte le matin pour les mêmes raisons que l’écoute. Lorsqu’on est fatigué, on ne peut plus faire les tâches qui demandent de l’autodiscipline. Il faut donc faire votre choix entre un meilleur travail individuel et de meilleures relations interpersonnelles. Ce choix dépend du contexte, de vos deadlines et de vos envies !

 

Être à l’écoute n’est pas toujours possible : choisissez vos moments

Savoir être à l’écoute dépend de nombreux facteurs. La bonne nouvelle est qu’il est possible de maîtriser la plupart d’entre eux afin d’améliorer notre écoute. Attention, cet article ne vous dit pas qu’il faut toujours être à l’écoute des autres. Parfois, il est plus important de se retrouver seul pour pouvoir avancer sur des projets qui nous importent. Ou parfois, il y a des personnes que nous n’avons malheureusement pas le temps ou pas l’envie d’écouter.

Mais si une personne compte pour vous ou que vous participez à une discussion à fort enjeux, alors c’est le moment d’appliquer les techniques pour écouter. Savoir écouter va vous permettre d’améliorer vos relations au travail ou d’avoir de meilleures conversations, bonne application !

FORMATION GRATUITE

Faire bonne impression dans n'importe quelle situation

Recevez une vidéo d'1H pour donner la meilleure image de vous-même dès les premiers instants.