Comment écrire un discours ?

Parler en public est stressant et difficile. Mais la meilleure façon de réussir sa prise de parole, est de passer un temps important à préparer son discours et notamment à le rédiger. Dans cet article, nous allons voir les quatre étapes par lesquelles je passe pour écrire un discours:

  1. Déterminer la problématique avant d’écrire un discours
  2. Brainstormer sur le sujet
  3. Structurer le discours
  4. Choisir le style écrit ou le style parlé pour écrire un discours ?

 

Déterminer la problématique avant d’écrire un discours #1

Vous ne pouvez pas écrire un discours percutant sans un bon sujet. Et surtout, vous ne pouvez pas écrire un discours sans une bonne problématique. Il y a toujours plusieurs perspectives possibles lorsqu’on parle d’une thématique. Et selon la problématique choisie, la perspective sera différente.  Dans un monde où l’information est disponible partout, les gens intéressants ne sont plus ceux qui détiennent l’information mais ceux qui posent les bonnes questions.

Pourquoi devons-nous avoir une problématique forte avant de rédiger un discours ?

Lorsqu’on regarde un film, il a toujours un moment au début du film où il se produit un élément perturbateur. C’est ce qui va déclencher une tension et c’est la raison pour laquelle nous regardons le film jusqu’au bout: nous avons envie de voir comment les personnages principaux vont surmonter cette tension. Sans cette tension/conflit, nous n’aurions aucune raison en tant que spectateur de regarder un film.

Ce qui est vrai pour un film, est également vrai pour un discours. Si nous voulons être attentif à un discours, l’orateur doit résoudre un problème dont on a envie de connaître la solution. Sans problème ou conflit, il n’y a aucune raison de parler.

Exemple

Imaginons que nous devions rédiger un discours sur le thème du tabagisme. Avoir un thème ne suffit pas. Il faut trouver une problématique qui accompagne ce sujet

Voici à quoi ressemble un discours sur le tabagisme sans problématique : « Bonjour, aujourd’hui nous allons parler du tabagisme. Dans un premier temps, nous parlerons de l’histoire du tabac. Dans un second temps, nous parlerons des grands acteurs de l’industrie du tabac. Et enfin, nous discuterons des problèmes liés à la consommation de tabac […] »

C’est nul parce qu’il s’agit d’une simple présentation qui enchaîne les informations les unes après les autres. L’orateur cherche juste à informer. Problème: il suffit d’aller sur Wikipédia et vous trouverez les mêmes informations.

Exemples de problématiques:

  • Pourquoi le tabac est mauvais pour la santé ? (Cette problématique est trop banale, ce n’est pas assez intéressant)
  • Pourquoi le tabac est bon pour la santé ?  (Déjà c’est mieux, car c’est contre intuitif. Les gens seront choqués ou intrigués. Mais dans tous les cas, vous aurez leur attention)
  • Comment l’industrie du tabac est parvenue à convaincre le monde entier que fumer était une bonne chose ?

Il y a une infinité de problématiques différentes. Pourtant les gens choisissent toujours les mêmes. C’est ennuyeux. Plus vous trouvez une problématique surprenante et pertinente, plus votre discours sera incroyable. Enfin, je vais finir avec une citation d’Einstein qui résume bien cette partie :

Si j’avais une heure pour résoudre un problème, je passerais cinquante-cinq minutes à définir le problème et seulement cinq minutes à trouver la solution.

 

Brainstormer sur votre sujet: plus vous avez d’idées, plus il sera facile de rédiger un discours  #2

Cette partie est souvent sous-estimée et négligée. Pourtant, un bon brainstorming va vous permettre de donner les meilleures réponses possibles à votre problématique. Quoi ? Un brainstorming pour écrire un discours ? Exactement, mais ne vous inquiétez, vous n’avez pas besoin de post-it ou de paperboard.

Pourquoi le brainstorming est une étape indispensable pour rédiger un discours ?

Si vous voulez écrire un discours qui a de l’impact, qui est convaincant et qui apporte des informations, alors il va falloir bosser. Vous allez devoir trouver des exemples, des anecdotes, des citations, des informations surprenantes, des données factuelles et rigoureuses…

De même, si vous voulez être certain de couvrir votre sujet de façon cohérente et exhaustive, vous devez creuser votre thématique un maximum.

Voici ce qu’explique Wilson Woodrow, le 28ème président des États-Unis, lorsqu’on lui demande comment il prépare ses discours : il commence par écrire une liste de tout ce qu’il souhaite dire sur un sujet. Une fois que c’est fait, il essaye d’organiser toutes ces informations de façon logique et naturelle. Le travail d’écriture sur la machine à écrire (il n’y avait pas encore d’ordinateur à l’époque) ne vient que plus tard. Mais au moment où il écrit, il a déjà toutes ses idées organisées de façon cohérente. Je vous propose de faire exactement la même chose pour rédiger un discours.

Comment faire un brainstorming efficace pour écrire le discours ?

  1. Listez tous les sujets qui concernent une thématique. N’essayez pas encore de mettre de la cohérence dans vos idées, écrivez seulement le maximum d’idées.
  2. Une fois que vous avez une liste exhaustive d’idées, vous allez logiquement vous apercevoir que toutes vos idées ne sont pas au même niveau d’information. Il est donc important d’essayer de mettre des liens et de la cohérence entre les différentes idées.
  3. Faites une pause. C’est bon pour la créativité. De nombreuses personnalités comme Rousseau, Socrate ou Darwin aimaient déambuler et faire de petites marches plusieurs fois par jour. Certaines idées peuvent mettre du temps avant de se connecter entre elles. D’ailleurs, lorsqu’on s’intéresse aux phases de la créativité, il y a toujours la phase de « l’incubation ».
  4. Informez-vous et cherchez des informations. Lisez des livres, suivez des formations ou des vidéos. Il faut balayer le maximum d’idées sur votre thématique. Plus vous verrez de perspectives différentes, plus vous serez capable de faire des connections que personne ne fait.
  5. Revenez sur votre brouillon, ajoutez vos nouvelles idées et voyez si vous agencez les idées de la même façon.
  6. Normalement, après un long travail de recherche et « d’assemblage d’idées », vous devriez parvenir à un contenu assez unique. Nous allons pouvoir passer à l’étape suivante: structurer son discours.

rédiger un discours

Structure : comment construire un discours #3

Normalement, vous savez à peu près comment vous vous voulez organiser vos idées. Vous avez déjà fait le plus dur durant les deux premières étapes. Voici comment se structure un discours :

  1. Introduction
  2. Problématique/conflit
  3. Solution(s)
  4. Conclusion

Je vais détailler chacune de ces parties afin que vous compreniez le rôle de chacune d’entre elles. Ce plan est inspiré de la structure des films Hollywood qui est de loin la plus efficace. Si vous voulez en savoir plus, j’ai écrit un article à ce sujet  : comment faire un bon storytelling ?

L’introduction : comment commencer son discours

On pense souvent qu’il faut une super accroche pour immédiatement capter l’attention du public. Or une introduction ne sert vraiment pas à ça. L’objectif durant les premières minutes de votre discours est de :

  • clarifier la situation: rappeler le sujet, expliquer les règles de conduites, faire les remerciements…
  • inspirer confiance: on croit le message uniquement lorsqu’on croit le messager. C’est le moment où il faut expliquer qui vous êtes, inspirez confiance dans votre posture…

Cette étape d’introduction n’est pas toujours indispensable. Si le public vous connait déjà et qu’il sait pourquoi il est là, alors vous pouvez sauter cette partie. D’ailleurs, lorsque vous regardez une vidéo TED, les intervenants ne font jamais d’introduction. Ils passent directement à la problématique parce qu’ils n’ont pas besoin de se présenter ou de rappeler le contexte.

La problématique/le conflit

Nous rentrons dans le vif du sujet. C’est maintenant que votre public va commencer à vous écouter sérieusement. Plus le conflit va les intéresser, plus il sera facile de garder leur intérêt tout au long de votre discours. Normalement, vous connaissez déjà votre problématique. C’est la chose par laquelle vous avez commencée.

Il faut donc trouver une bonne façon de l’emmener. Il y a plusieurs possibilités pour ça :

  • commencer par une question rhétorique (question où on n’attend pas de réponse)
  • raconter une anecdote
  • dévoiler une statistique marquante

Si vous voulez davantage d’informations sur l’introduction et la problématique, j’ai écrit l’article suivant : comment commencer un discours ?

Rédiger les solutions

Vous avez parlé d’un problème, il faut maintenant apporter des solutions. Il s’agit de la partie où vous avez le plus de liberté car vous pouvez utiliser le plan que vous voulez:

  • plan chronologique: ça correspond aux recettes de cuisine ou aux tutoriels. Il faut suivre le plan étape par étape pour arriver au résultat final.
  • plan thématique : vous abordez votre problème par thème.
  • acronyme: les auteurs du livre « made to stick » ont écrit le livre en suivant un plan en acronyme (SUCCES). Chaque lettre correspond à une partie.

Finalement, peu importe le plan que vous utilisez tant que vous répondez au problème posé.

Écrire la conclusion

On dit souvent que la conclusion joue un rôle crucial… et c’est vrai. On se concentre sur les premières minutes de son discours, mais on néglige souvent les derniers moments. Pourtant, la dernière impression est souvent plus forte que la première impression. Il s’agit de la dernière chose dont votre public se souviendra. Il y a quatre éléments qui composent une bonne conclusion :

  1. Rappel de la problématique initiale (obligatoire)
  2. Récapitulatif des différentes solutions discutées (obligatoire)
  3. Finir avec une touche émotionnelle : citation, morale…(optionnel)
  4. Faire un appel à l’action (optionnel)

Les deux dernières parties sont optionnelles parce qu’elles ne se prêtent pas à toutes les situations. C’est à vous de voir si votre situation s’y prête bien.

 

Comment écrire un discours : choisir le style parlé ou le style écrit ? #4

Est-ce que vous allez prononcer votre discours avec un style parlé ou un style écrit ? Selon le style choisi, vous n’allez pas l’écrire de la même façon.

Quel est le problème du style écrit ?

Voici à quoi ressemble un discours avec un style écrit : « En recevant la distinction dont votre libre Académie a bien voulu m’honorer, ma gratitude était d’autant plus profonde que je mesurais à quel point cette récompense dépassait mes mérites personnels. » Ce texte magnifique a été prononcé par Albert Camus en 1957 lorsqu’il a reçu le prix Nobel de la littérature. Le style écrit correspond bien au contexte et à la situation.

Voici pourquoi il ne faut pas rédiger un discours avec le style écrit dans la majorité des cas :

  • Les phrases sont trop longues.
  • Les mots sont compliqués.
  • Le discours donne l’impression d’être trop préparé et pas suffisamment authentique.
  • Ça peut donner une impression d’être pompeux et rigide.

Vous l’avez compris, je privilégie le style parlé dès que je peux. Toutefois, il faut s’adapter selon les situations. Parfois le style écrit reste encore la norme. C’est ce que nous allons voir dans la partie suivante.

Quand est-ce qu’on utilise le style parlé ou écrit ?

  • Discours avec un style écrit : discours formels, discours politiques, discours de mariage, discours de célébrations… La plupart des grands discours qui ont marqué l’histoire ont utilisé un style écrit. Il y a toujours eu une culture du style écrit à l’oral. C’est également pour cette raison que la prise de parole en public est très intimidants pour beaucoup de personnes. Elles pensent qu’il faut toujours parler de cette façon. Toutefois, les choses ont bien changé au XXIème siècle…
  • Discours parlé : discours de vente, discours de divertissement (lors de mes spectacles de magie, j’utilise toujours le style parlé), formations, exposés, réunions… Le style parlé concerne la majorité des discours aujourd’hui. L’avantage du style parlé, c’est qu’il est davantage authentique, simple, concret et engageant. D’ailleurs ce qui est vrai pour les discours est vrai pour les livres également. Si vous lisez les livres de développement personnel à l’américaine, les auteurs utilisent toujours le style parlé.

Comment rédiger un discours avec le style parlé ?

Si vous choisissez d’utiliser un style parlé pour rédiger un discours, alors il est intéressant d’écrire sur une feuille uniquement les points principaux. Ça vous évitera de vouloir lire votre texte et vous allez gagner en authenticité et en spontanéité. Si vous voulez quand même écrire votre discours en entier, je vous conseille de ne pas écrire votre texte mais de le dicter. Il existe des applications mobiles vraiment pratiques qui permettent de faire ça :

  • Speechnotes (android)
  • Assistant Siri (iOS) : ce n’est pas vraiment une application mais c’est ce qui fonctionne le mieux.

 

Conclusion sur comment écrire un discours ?

Écrire un discours prend du temps. C’est pour cette raison qu’il faut s’y prendre en avance si vous avez la possibilité de le faire. Dans tous les cas, j’espère que vous avez trouvé des informations utiles dans cet article. N’hésitez pas à me dire ce que vous en avez pensé dans vos commentaires. Vos retours sont toujours utiles !

FORMATION GRATUITE

Faire bonne impression dans n'importe quelle situation

Recevez une vidéo d'1H pour donner la meilleure image de vous-même dès les premiers instants. 

1 réflexion au sujet de « Comment écrire un discours ? »

Laisser un commentaire