Comment commencer un discours ?

Lorsqu’on doit préparer un discours ou une présentation, généralement on parvient assez rapidement à construire la structure globale de notre présentation. Et puis arrive le moment de l’introduction. Comment commencer un discours de façon qui claque, qui retient l’attention du public et qui reste simple ? Il y a beaucoup d’enjeux autour de l’introduction car elle permet :

  • D’établir sa légitimité
  • De profiter des premières minutes d’attention qui sont toujours plus élevées
  • De faire une bonne première impression

Donc il est primordial de la réussir. L’objectif de cet article est justement de vous présenter les différentes techniques pour commencer un discours.  Celles-ci proviennent de différents livres, coachs ainsi que de ma propre expérience en tant que magicien professionnel. Bonne lecture !

 

Comment commencer un discours tout en montrant sa crédibilité ?

Il y a plusieurs possibilités d’établir sa crédibilité en fonction des situations :

On vous proposera peut-être d’être présenté par un tier : la plupart du temps un maître de cérémonie.

Si on vous le propose, dites oui ! Ça vaut de l’or. Et le mieux c’est de lui présenter un texte préparé qui vous présente de la bonne façon. La meilleure façon de commencer un discours est d’être présenté. Pourquoi ? Tout d’abord, si on peut éviter de parler de ses propres compétences soi-même, c’est bien. Ça vous évitera de passer pour quelqu’un qui veut faire son intéressant (même si ce n’est pas le cas).

Deuxièmement, et c’est encore plus important, un bon discours à votre égard va augmenter votre valeur aux yeux du public qui fera d’autant plus attention à ce que vous allez dire ! C’est comme une bouteille de vin. Si l’étiquette est prestigieuse, on a plus de chance d’apprécier le vin. C’est un biais cognitif bien particulier qui entre en jeu : l’effet Pygmalion. Il consiste à voir, entendre ou ressentir ce qu’on avait voulu voir dès le départ. Si on revient à la prise de parole en public, si le public est persuadé que l’orateur va être brillant, alors il y a de grandes chances qu’ils le perçoivent comme tel durant le discours.

Malheureusement, il n’y aura pas toujours une personne pour faire votre présentation

Dans ce cas, il va falloir adopter une autre approche : montrer votre confiance en vous. C’est tout. Pas besoin d’expliquer que vous êtes un expert dans votre domaine, votre confiance en vous suffira. Et pour être précis, il y a deux types de confiance en soi à acquérir :

  • Une confiance en soi qui est ancrée en vous, qui est véritable. Celle-ci ne s’acquiert qu’avec le temps, l’expérience et le travail.
  • Une confiance en soi temporaire et fragile, mais qui peut donner l’illusion le temps de commencer votre discours. Pour cela, le langage non verbal sera votre meilleur allié : redressez-vous, souriez, prenez le temps de regarder le public et habillez vous de façon adéquate (l’habit fait le moine).

Évidemment, l’idéal c’est d’avoir les deux confiances en soi et surtout la première qui est solide et fondée car vous n’aurez pas besoin de faire semblant.

Faut-il montrer ses compétences et expliquer son parcours pour être crédible ?

Beaucoup d’orateurs commencent leur présentation en se présentant et en montrant « pourquoi ils sont légitimes ». Je ne suis pas complètement favorable à cette approche même si elle est parfois indispensable. D’abord, ça peut donner l’impression que vous faites votre intéressant. Même si ce n’est pas le cas, on peut le percevoir comme tel.

Deuxièmement, ça peut donner l’impression que vous essayez de justifier votre présence alors qu’il n’y a pas besoin. C’est pour cela que je recommande de vous dévoiler petit à petit en racontant des anecdotes sur votre parcours tout au long de votre présentation. Faites le uniquement si ça s’intègre bien à votre discours évidemment mais c’est plus subtil et attractif de se présenter ainsi.

 

phrases d'accroche

 

4 accroches pour bien commencer un discours

Avant tout,les accroches présentées dans cette partie ne sont valables que si les gens savent qui vous êtes et pourquoi vous êtes là. Sinon, il faudra d’abord commencer son discours en clarifiant la situation. Il faut savoir que le pilier d’une bonne phrase d’accroche repose sur une émotion en particulier : la surprise. Quelle que soit la technique que vous allez utiliser, il faut surprendre votre public. C’est tout ce qu’il attend. A cette première règle cruciale, on peut ajouter deux caractéristiques supplémentaires d’une bonne introduction :

  • Elle est courte et va droit au but
  • Elle doit annoncer la couleur pour la suite

Poser une question ouverte #1

C’est une ouverture qui est souvent utilisée. Elle est pas mal mais il ne faut pas en abuser. Elle est bien car elle pousse les gens à réfléchir et vouloir entendre la réponse. Pour voir un exemple de discours qui commence avec des questions, je vous invite à voir la fameuse vidéo Ted de Simon Sinek (presque 50 millions de vue) : https://www.ted.com/talks/simon_sinek_how_great_leaders_inspire_action

Il commence avec une série de questions pour faire monter la tension : on a envie de connaître la réponse ! Il y a quelques points d’attention pour bien réussir une introduction avec des questions :

  • Il faut que ça reste naturel : trop souvent, je vois des orateurs qui commence par poser une question mais ça sonne faux. On sent que c’est uniquement une technique d’accroche.
  • Soyez clair dans votre intonation sur le fait que vous voulez une réponse de la part du public. Si vous attendez une réponse, faites-en sorte d’en prendre considération. Si les gens vous donnent une réponse et que vous n’en faîtes rien, votre présentation va perdre de sa spontanéité et de son authenticité.

Annoncer le plan directement #2

Cette ouverture est la moins originale et contrairement à ce que j’ai dit au départ, une annonce de plan est rarement surprenante. Toutefois, nous n’avons pas toujours le temps de préparer des supers discours. Si vous voulez rester efficace, utilisez cette approche. Si vous faites attention, beaucoup de youtubeurs utilisent cette approche car elle ne prend pas beaucoup de temps et elle a le mérite d‘être clair :

Dites ce que vous allez dire, puis dites-le, puis récapitulez ce que vous venez de dire.Pour vous donner un exemple où cette approche s’adapte parfaitement, c’est pour vos réunions de travail. Et puis ça permet au moins de fixer le programme de la réunion afin qu’elles ne durent pas trop longtemps. Une expression qui est souvent citée (en anglais la plupart du temps) dit ceci :

« D’abord, dites-leur ce que vous allez leur dire, puis dites-le, puis dites-leur ce que vous venez juste de dire. »

Pas très esthétique mais c’est simple, efficace et pragmatique.

Commencer un discours avec un fait ou une statistique marquante #3

Encore une fois, l’objectif est de surprendre. Plus ce que vous dites est surprenant, plus les gens vous écouteront. Voici un exemple d’une vidéo Ted qui commence avec un fait marquant : https://www.ted.com/talks/pamela_meyer_how_to_spot_a_liar#t-29559

« Nous sommes tous des menteurs » est une affirmation à la fois provocante et surprenante. On comprend qu’elle va nous parler du mensonge.

Commencer par une histoire #4

Le simple fait de commencer son discours en racontant une histoire déclenche la capacité d’attention chez l’être humain. Plusieurs points sont importants si vous choisissez de commencer par une histoire :

  • Il faut que l’histoire soit en lien avec votre sujet : c’est évident, mais on peut vite perdre le fil de notre propre histoire si ce n’est pas préparé
  • L’histoire ne doit pas être trop longue : rappelez-vous que vous devez aller droit au but.

Cette vidéo Ted est l’une de mes préférées. Le discours est parfaitement mené du début à la fin, c’est drôle et divertissant ! Et si j’en parle ici c’est parce que Tim Urban commence justement avec une histoire personnelle qui attrape directement l’attention.

 

4 manières de ne SURTOUT pas commencer un discours

Commencer par une blague #1

Dans la partie précédente, je ne vous ai donné que des exemples issus des vidéo TED. Si vous regardez d’autres de ces vidéos, vous vous rendrez compte que beaucoup d’orateurs commencent en faisant de l’humour ou en étant drôle. Or, je vous recommanderai de ne pas commencer par une faire une blague pour les raisons suivantes :

  • Il est plus facile d »être drôle lorsque les gens connaissent votre style et votre personnalité. Souvent, avant une prise de parole, les gens ne vos connaissent pas forcément. Ils ne seront pas capable de voir si vous essayez de faire une blague ou non. Inversement, vous devez faire un discours avec des gens qui vous connaissent, alors vous pouvez tenter la blague.
  • L’humour est un art. Tous les humoristes qu’on connaît se sont entrainés des centaines de fois avant de se produire devant une énorme salle. Pourquoi ? Parce qu’ils ont besoin de tester leurs vannes, de les retravailler, de voir le retour du public… En bref, c’est un travail de longue haleine. Si vous tenter de faire une blague, vous avez donc une énorme probabilité de faire un bide. Ça serait dommage.

Commencer un discours par s’excuser #2

Lorsqu’on n’a pas confiance en soi et en son discours, on a tendance à s’excuser en avance de sa timidité, ou de son manque de travail ou autre… Ça permet peut-être de vous déstresser mais c’est une très mauvaise façon de commencer. Vous allez focalisez l’attention des gens sur vos défauts !

Typiquement, c’est l’exemple qui est souvent donné lorsque le sujet de la formulation positive est abordé : « Concentrez-vous et surtout, ne pensez pas à un éléphant rose » ! Qu’est-ce qui se passe ? Vous pensez à un éléphant rose. C’est exactement la même chose qui se passe lorsque vous commencez votre discours en disant : « excusez-moi pour ma timidité, je vais faire de mon mieux ».

Commencer par un propos banal #3

  • « Je suis très content d’être là, merci pour votre présence »
  • « Pour commencer, je vous souhaite à tous la bonne année »
  • « J’espère que vous passez tous un bon moment »

Encore une fois, l’attention que vous avez au début ne dure pas longtemps. Ces phrases banales ne sont pas forcément mauvaises mais elles vous font perdre du temps. Allez droit au but. Votre objectif, c’est de délivrer votre message, pas d’être poli. J’ajouterai quand même de vous adapter à la situation. Si vous devez effectuer un discours extrêmement formel, pliez vous aux règles en vigueur.

Commencer en parlant des problèmes de micro ou de son #4

La phrase typique est : « Est-ce que tout le monde m’entend bien ? Même au fond c’est bon ? »

Même commentaire que pour les points précédents. Ne gaspillez pas vos premières secondes de discours en posant des questions relatives au son. De plus, ça donne une image de manque de préparation et de professionnalisme. Vous imaginez si un intervenant TED commencer son discours en demandant si tout le monde entend bien ? Ça ne le ferait pas.

 

Quand écrire son introduction ?

Instinctivement, on souhaite toujours écrire son introduction lorsqu’on commence à travailler son discours. Logique, on commence par le début !

Parfois ça fonctionnera très bien. Il n’y a vraiment pas de règles absolues à ce sujet. En revanche, par expérience, c’est toujours plus facile de parler de quelque chose de concret qui existe déjà. Il sera donc beaucoup plus facile d’imaginer son accroche une fois que tout votre discours est structuré. C’est comme si vous demandiez à un commercial de vendre un produit qui n’existe pas. C’est possible mais c’est tellement plus facile de le faire une fois que le produit est réel et concret.

 

Conclusion : commencer un discours est important

Commencer un discours est tout sauf facile.  Il demande une attention vraiment particulière, car chaque mot compte. D’ailleurs, c’est la seule partie avec la conclusion où il est recommandé d’apprendre par cœur. Le reste d’un discours peut être « approximatif » et c’est même important qu’il le soit, car ça lui donnera un air d’authenticité et de spontanéité. En revanche, une introduction doit être maîtrisée complètement tout en restant naturelle et spontanée.

Pour y parvenir, il n’y a pas de raccourcis : de l’entraînement encore et encore. Et rappelez-vous, si vous n’avez pas le temps, restez simple et direct. J’espère que cet article vous aidera dans vos prises de parole ! Pour un article qui ne parle pas que de l’introduction, vous pouvez lire : comment réussir sa prise de parole ?

FORMATION GRATUITE

Faire bonne impression dans n'importe quelle situation

Recevez une vidéo d'1H pour donner la meilleure image de vous-même dès les premiers instants. 

2 réflexions au sujet de “Comment commencer un discours ?”

Laisser un commentaire