Comment bien parler en public ?

Nous voulons tous parvenir à bien parler en public. Malheureusement, ce n’est pas facile : généralement, on stresse et on ne sait pas par où commencer. Pour cette raison, l’objectif de cet article est de vous partager dix étapes à suivre pour réussir sa prise de parole en public et devenir un bon orateur.

 

Définir l’objectif et un fil conducteur pour bien parler en public #1

Avant toute chose, vous devez passer du temps sur cette première étape. Si vous allez trop vite, vous risquez de gâcher la suite de votre préparation.

Définir l’objectif

Pour réussir à bien parler en public, il faut que votre objectif soit bien défini. Est-ce que vous voulez enseigner, divertir, convaincre ? C’est important parce qu’en fonction, vous n’allez pas choisir le même fil conducteur.

Avoir un unique fil conducteur

Si on veut que notre public parvienne à nous suivre, il faut que notre sujet suive un fil conducteur bien précis. Souvent l’erreur est de vouloir parler de ce qu’on sait et de tout condenser et synthétiser. Mais c’est une erreur : en faisant ça, vous serez superficiel et vous n’intéresserez personne. Vos propos manqueront de profondeur et de pertinence. Pour cette raison, ne choisissez qu’un sous-thème de votre thème et approfondissez-le.

« Pour garantir l’efficacité de votre propos, réduisez l’éventail des sujets que vous voulez aborder à un seul fil conducteur que vous développerez ensuite. Ce que vous sacrifiez en variété, vous le gagnerez largement en impact. » Chris Anderson

Pour trouver un bon fil conducteur, il vous faut connaître deux choses : votre objectif et votre auditoire. Si vous ne connaissez pas votre public, vous allez parler d’un sujet au hasard en espérant qu’il plaise. Mais c’est risqué. Récemment, on m’a donné carte blanche pour faire une présentation d’une heure à une équipe de commerciale. L’objectif est de leur apporter des connaissances de magicien qu’ils peuvent réutiliser dans leur propre métier.

Ici, vous voyez bien que même si l’objectif est clair, connaître son auditoire est indispensable. Sachant que ce sont des commerciaux, je dois leur parler d’un sujet en rapport avec leur travail. Si je leur parle de comment parler en public, alors qu’ils ne font que des RDV en face à face avec leurs clients, je risque de ne pas les intéresser. Ils m’écouteront poliment, mais rien ne sortira de cette présentation.

Ah oui, et dernier point important : votre fil conducteur doit résoudre un problème. Sans problème, il n’y a pas de raison de parler. Tout simplement. Ça serait comme voir un film Hollywood sans intrigue.

 

Structurer et écrire son discours #2

Imaginez maintenant avoir un fil conducteur bien défini. L’objectif maintenant est de trouver le maximum de choses intéressantes à raconter. On pense souvent à tort que le plus important dans une prise de parole, c’est le langage non-verbal (notamment à cause de la théorie des 3V de Merhabian). En réalité, je vous rassure : si ce que vous dites n’est pas intéressant, alors vous aurez beau regarder les gens dans les yeux et parler avec des gestes, personne ne vous écoutera. Voici ce que je recommande :

  1. Brainstormez sur toutes les idées qui vous viennent à l’esprit : statistiques, anecdotes, exemples personnels, vidéos qui illustrent bien le sujet… Objectif : avoir le plus de variété possible.
  2. Organisez ces idées d’une façon qui semble logique du point de vue du public. Faites attention qu’il y ait de la variété tout au long de votre présentation. Par exemple, ne gardez pas toutes les anecdotes pour le début, il vaut mieux qu’il y en ait un peu tout le temps. Généralement, chaque partie doit compter entre 3 et 5 sous-parties. Au-delà, vous perdrez votre auditoire.

A la fin de cette partie, vous devez avoir un plan avec les principaux éléments qui le composent. Vous n’avez pas encore besoin de toucher au Powerpoint.

 

Travailler particulièrement l’introduction et la conclusion #3

Pour bien parler en public, il y a deux parties à ne surtout pas manquer : l’introduction et la conclusion. Elles jouent toutes les deux un rôle particulier :

A quoi sert l’introduction ?

L’introduction d’une présentation à trois objectifs qui ne sont pas toujours indispensables. A vous de voir si vous en avez besoin pour votre prise de parole. D’abord, elle sert à éviter la confusion : quel est le contexte ? Quelle est votre motivation ?  Évitez de commencer votre discours, si ces questions ne sont pas claires. Deuxièmement, vous voulez donner confiance à votre auditoire, surtout s’il ne vous connaît pas. Enfin, vous annoncez la problématique qui servira de fil conducteur à toute votre présentation. Pour en savoir plus, je vous invite à lire mon article Comment commencer une présentation ?

Réussir sa conclusion

Trop de discours se finissent par un simple « merci – au revoir ». C’est dommage parce que vous ne profitez pas de l’attention finale pour renforcer votre message. Dans une conclusion, il y a plusieurs choses à faire pour optimiser :

  • Rappeler votre sujet principal : ça permet de signaler à tout le monde que c’est la fin. De plus, ça permet de recentrer le public sur votre sujet principal.
  • Résumer les arguments principaux.
  • Ajouter une « morale » ou une ouverture pour apporter de la profondeur à votre sujet.
  • Complimenter sincèrement son auditoire.
  • Faire un appel à l’action.

Si ça vous intéresse, je détaille chacune de ces étapes dans l’article suivant : Comment conclure un discours en 5 étapes ?

 

Faire un Powerpoint design et efficace #4

J’ai travaillé dans un cabinet de conseil pendant un an et pendant cette période, j’ai dû réaliser un très grand nombre de Powerpoint. Conclusion ? Ça prend beaucoup de temps, donc autant être sûr d’en avoir besoin et d’être certain de ce qu’on va dire. C’est pour cette raison qu’il est important d’avoir déjà rédigé le plan entier en amont. Autrement, vous allez passer des heures à faire des allers-retours chronophages sur votre Powerpoint.

Lorsque vous construisez une diapositive, il y a toujours trois questions de design à se poser :

  • Qu’est-ce qui est le plus important ? Il faut parvenir à prioriser les informations.
  • Comment est-ce que je peux contraster les différents éléments ?
  • Qu’est-ce que je peux supprimer ?

Essayez de passer au crible chacune de vos diapositives avec ces trois questions et votre Powerpoint deviendra soudainement plus clair, lisible et design.

 

Écrire le script de votre discours #5

Cette partie est optionnelle. Si vous devez faire une présentation de 25 minutes, vous n’allez pas vous amuser à écrire le script entier de ce que vous allez dire. C’est une perte de temps. De plus,  votre auditoire va s’endormir en vous écoutant lire ou réciter pendant aussi longtemps.

En revanche, si vous devez faire un discours formel et court (comme un discours de mariage par exemple), alors c’est le moment d’écrire le script. De façon générale, dès que vous n’avez pas de Powerpoint et que vous ne voulez rien oublier de ce que vous devez dire, alors privilégiez un texte écrit par avance.

 

Reussir à parler en public

 

Bien parler en public sans entraînement est impossible #6

Winston Churchill avait l’habitude de s’entraîner une heure pour chaque minute de discours. Ainsi, pour un discours de cinq minutes, il s’entraînait pendant cinq heures. Ça montre que même les plus grands orateurs du XXème siècle passaient un temps considérable à s’entraîner.

Pourtant, lorsqu’il s’agit du grand public, on passe beaucoup de temps à travailler le contenu et le Powerpoint, mais très peu de temps à s’entraîner. La raison est simple : on a été conditionné durant nos études à travailler uniquement le fond et non la forme. Nous pouvions parler sans dynamisme et sans énergie, mais tant que le contenu de notre présentation était bon, notre évaluation l’était également.

Malheureusement, dans le monde professionnel, la forme est aussi importante que le fond. Est-ce que ça vous viendrait à l’idée d’aller voir jouer des comédiens qui connaissent leur texte par cœur mais qui jouent terriblement mal ? Non, évidemment ! Et bien c’est la même chose pour vous. A l’instar des comédiens, il faut passer beaucoup de temps à répéter pour bien parler en public.

 

La préparation logistique #7

Les détails de préparation comme le style vestimentaire sont généralement sources de stress si on s’en occupe pas. Voici quelques recommandations :

  • Style vestimentaire : habillez-vous légèrement plus élégant que le standard de votre événement. Si vous ne connaissez pas le standard, privilégiez une tenue classe. Ne vous en occupez pas au dernier moment : c’est dommage de stresser à cause de ses chaussures une heure avant une prise de parole en public.
  • Matériel technique : considérez que vous êtes responsable 100% de ce qui va arriver. C’est de votre responsabilité de tester le matériel. Ça implique évidemment d’arriver en avance.
  • Ayez un to do list de tout ce que vous devez prendre avec vous. Autrement, vous allez forcément oublier quelque chose. Voici ma liste de magicien que j’utilise avant chaque événement :

Préparation avant de parler en public

 

Vaincre la peur de parler en public #8

Pour réussir à bien parler en public, il faut parvenir à vaincre le trac paralysant. Heureusement, si vous suivez les étapes précédentes, alors votre niveau de stress va chuter. Un contenu solide et un long entraînement résolvent 90% du stress.

Malheureusement, je sais que ce n’est pas toujours suffisant. Nous n’avons pas toujours le temps de se préparer comme il faudrait, et par conséquent, on stresse. Voici une astuce qui peut vous rendre service : contrairement à un conseil que j’entends souvent, la relaxation et la respiration ne sont pas les meilleures solutions pour éliminer le trac. En fait, il faut faire tout l’inverse. Une étude a montré que si vous vous excitez avant une présentation stressante, vous passerez pour quelqu’un de plus compétent, confiant et déterminé. Une des explications possibles est la suivante: il est plus facile de transformer du stress en excitation plutôt qu’en relaxation. Je parle de ce sujet en profondeur dans cet article : Comment ne pas avoir le trac ?

 

Bien parler en public lors de la performance #9

Jusque-là, si toutes les étapes précédentes ont été respectées, alors la probabilité que tout se passe bien est élevée. Toutefois, il reste des détails importants :

  • Faire attention à son langage non-verbal : l’objectif est d’inspirer la confiance et appuyez vos mots par des gestes. Ça renforcera votre message. De plus, c’est avec votre corps et votre regard que vous créez une connexion avec le public.
  • Accepter et accueillir l’imprévu : il est impossible de tout anticiper. Vous serez forcément surpris d’un moment à un autre.

 

Obtenir des feedbacks de sa prise de parole #10

Tony Robbins n’est pas devenu un des conférenciers les mieux payés de tous les temps du jour au lendemain. Il a dû apprendre comme tout le monde les bases de la prise de parole en public.

Dans un de ses premiers jobs, il travaillait comme commercial. Dans son entreprise, tous les employés devaient s’inscrire au moins une fois par mois à une session de prise de parole en public. Lui, contrairement aux autres, a décidé de s’inscrire à trois sessions par jour ! Qu’est-ce qui s’est passé d’après vous ? Il est petit à petit devenu beaucoup plus à l’aise à parler en public, mais il ne progressait pas pour autant. C’est le problème de répéter une tâche sans feedback : le stress disparaît mais la compétence n’augmente pas. C’est pour la même raison qu’on voit des enseignants de 55 ans qui sont moins compétents que des enseignants de 25 ans. L’expérience seule ne suffit pas !

Revenons à Tony Robbins. Après s’être rendu compte que la répétition seule ne suffisait pas, il a commencé à récupérer le maximum de feedbacks après chacune de ses performances. Il demandait un point positif et un point négatif à plusieurs personnes tout en insistant sur la sincérité. Pour bien parler en public, cette dernière étape est indispensable. Filmez-vous ou demandez aux gens un retour critique. Sans feedback, pas de progrès.

 

Conclusion – comment bien parler en public ?

Comme beaucoup de disciplines, si vous voulez bien parler en public, il faut une bonne méthode, de l’entraînement et de la pratique en situation réelle. L’objectif de cet article était de vous donner une méthode, mais ce n’est pas suffisant. Maintenant, vous devez sauter sur toutes les occasions qui vous permettent de parler en public. Eu fil du temps, vous deviendrez vraiment bon.

J’espère que cet article vous a plu. N’hésitez pas à me dire ce que vous en avez pensé dans les commentaires. Vos retours sont importants !

FORMATION GRATUITE

Faire bonne impression dans n'importe quelle situation

Recevez une vidéo d'1H pour donner la meilleure image de vous-même dès les premiers instants. 

Laisser un commentaire