La checklist du blogueur qui veut bien écrire

Quand j’ai commencé mon blog www.learnbymagic.fr, j’ai très vite été confronté à un problème majeur. Mon style d’écriture n’était pas au rendez-vous. Les formations de blog dans lesquelles je m’étais inscrit m’apprenais l’aspect technique d’un blog : comment optimiser ses articles pour le SEO ? Comment choisir son thème WordPress ? Mais il y avait très peu de conseils sur comment améliorer son style d’écriture.

Au fil du temps, j’ai donc cherché des solutions pour rendre mes articles plus agréables à lire. Vous trouverez les 10 principes que j’essaye d’appliquer en permanence pour accroitre la qualité de mon blog. En espérant qu’ils vous soient utiles !

 

écrire des articles de blog

 

1. Éviter un langage plat et général

« Le talent, c’est le relief donné à la platitude. » Jean Cocteau

Quand on commence dans l’écriture, on a tendance à rester vague et à parler de grands principes. Or, il n’y a rien de plus ennuyeux pour le lecteur. Voici l’exemple d’un texte parfaitement plat :

« Dans un monde où la technologie a pris énormément d’importance, les leaders d’aujourd’hui devront être capables d’embrasser les changements du quotidien. Pour y parvenir, ils devront attirer les nouveaux talents et mettre en place de vraies cultures d’entreprise pour les garder. Malheureusement, ça ne suffira plus d’être le chef autoritaire d’autrefois. Désormais, il faudra incarner un charisme digne des plus grands empereurs. »

Ce texte est plus plat que les vastes étendues de la Beauce. De quel monde parle t-on ? De quelle technologie est-il question ? Les changements du quotidien ? Qui sont les nouveaux talents ? etc…

Personnellement, j’ai souvent tendance à retomber dans ces vieux travers de platitude. C’est tellement plus facile. Il n’y a pas besoin de beaucoup réfléchir pour écrire ce type de texte. Du coup, ma solution pour résoudre ce problème est simple : je passe davantage de temps à chercher des exemples, à ajouter des détails, à supprimer les termes trop vagues… C’est plus difficile, parce que ça prend du temps, mais vous avez au moins une chance que les internautes lisent votre article.

 

2. Rendre son texte simple et clair

« Faites simple, aussi simple que possible, mais pas plus. » Albert Einstein

Il y a trois façons de rendre votre article plus simple est clair :

Supprimer des mots et des phrases #1

Lorsqu’on écrit une première version d’un texte, on trouve rarement l’équilibre parfait dès le début. Soit il y a trop de mots inutiles qui n’apportent rien de plus à votre message. Soit, vous n’avez pas donné suffisamment d’explications et de détails pour que le lecteur puisse comprendre.

Comme exemple, je vais faire l’exercice de retravailler l’introduction d’un de mes premiers articles : « Comment avoir confiance en soi »

  • Version initiale :

Avoir confiance en soi est indispensable. Elle est un énorme avantage dans une société où il faut prendre beaucoup de décisions et affirmer sa personnalité si l’on souhaite réussir. Si vous souhaitez en savoir plus sur la définition de ce concept, j’ai écrit un article à ce sujet. Quel que soit notre métier, nous avons en permanence besoin d’avoir confiance en soi pour:

  • Mener des projets jusqu’au bout
  • Prendre des décisions difficiles
  • Être à l’aise dans notre relation avec les autres

La difficulté, c’est que la confiance en soi n’est pas quelque chose qui se développe rapidement. A l’inverse, elle peut très vite s’effriter selon les situations. Vous ne trouverez pas dans cet article des « astuces » pour retrouver la confiance rapidement. Pour être honnête je ne crois pas beaucoup aux techniques qui regonflent votre confiance instantanément. La confiance en soi est un état qui se construit au fil du temps grâce à vos actions.

= 156 mots

  • Nouvelle version

Avoir confiance en soi est indispensable pour prendre des décisions et affirmer sa personnalité. Quel que soit notre métier, nous en avons constamment besoin pour :

  • Mener des projets jusqu’au bout
  • Prendre des décisions difficiles
  • Être à l’aise dans nos relations

La difficulté, c’est que la confiance en soi ne se développe pas rapidement. A l’inverse, elle s’effrite très rapidement selon les situations. L’objectif de cet article est donc de vous apporter des pistes de réflexion pour l’améliorer et la solidifier sur le long terme. Je ne crois pas aux astuces pour gonfler la confiance en soi instantanément. C’est un état qui se construit au fil du temps grâce à vos actions et accomplissements.

=114 mots

Conclusion : Le texte est plus court, plus simple et plus facile à comprendre selon moi. Quand j’ai commencé le blog, j’ai fait l’erreur de vouloir à tout prix faire des articles de 2000 mots. Pour cela, je n’hésitais pas à ajouter des mots et des phrases inutiles. Quelle erreur ! Votre texte doit rester le plus bref possible.

Utiliser des métaphores, des analogies pour imager vos idées #2

« Une image vaut mille mots », c’est bien connu. L’objectif est donc de créer des images avec des outils connus comme les métaphores ou des analogies. C’est un excellent moyen de rendre vos propos plus clairs mais également originaux. Pour cela, il ne faut pas avoir peur d’être créatif. Dès que vous devez expliquer un concept, essayez de trouver une image qui pourrait l’expliquer.

Lincoln pouvait passer des heures et des heures à trouver une bonne image et une bonne explication pour un concept. Tant qu’il considérait ses propos trop difficiles à comprendre pour un enfant, il continuait de chercher. Cette anecdote nous montre à quel point ça peut prendre du temps de trouver l’image parfaite.

N’avoir qu’un seul fil conducteur #3

« Pour garantir l’efficacité de votre propos, réduisez l’éventail des sujets que vous voulez aborder à un seul fil conducteur que vous développerez ensuite. Ce que vous sacrifiez en variété, vous le gagnerez largement en impact. » Chris Anderson

Tout est dit.

 

3. Varier le rythme des phrases

« La folie c’est de faire toujours la même chose et de s’attendre à un résultat différent. » Albert Einstein

Il y a de nombreuses façons d’écrire un texte. Lorsqu’on a conscience des possibilités, on commence à jouer avec la tournure des phrases et les rythmes qui les composent. Voici quelques exemples de rythmes:

  • Rythme simple :  » Albert rentra à la maison. » C’est une tournure dynamique et simple. C’est parfait pour l’action, mais insuffisant pour une description.
  • Le rythme binaire :  » Les magiciens ont Dieu dans le cœur et le diable dans les mains. » Jean Bosco ; « Ne comparez jamais ce que vous êtes à l’intérieur avec ce que quelqu’un d’autre est à l’extérieur. » Hugh MacLeod
  • Le rythme ternaire : « Nos créations peuvent être aussi astucieuses que notre intelligence, aussi subtiles que notre imagination, et aussi diaboliques que notre volonté de duper. » Simon Aronson

Je vous invite à lire l’article de narrationetcafeine.fr qui explique bien le sujet en profondeur : le rythme de la phrase: la solution ultime pour écrire avec style !

 

4. Ajouter un exemple concret par idée

“Le concret, c’est ce qui est intéressant, la description d’objets, de paysages, de personnages ou d’actions ; en dehors, c’est du n’importe quoi.” Claude Simon

Si vous lisez un des livres de Dale Carnégie (l’auteur de Comment se faire des amis), vous vous rendrez compte que l’auteur apporte un exemple concret pour illustrer chacun de ses propos. Dans le premier chapitre de son livre Comment parler en public, il utilise 14 anecdotes pour mieux expliquer ses propos sur un total de 11 pages. C’est énorme. Il aurait écrit les mêmes conseils sans les anecdotes, alors son livre aurait perdu toute sa saveur.

Ajouter une anecdote après chaque idée a un autre énorme avantage. En 2012, le journaliste Rob Walker et le sémioticien Joshua Glenn ont publié le livre Significant object. Ce livre est le résultat d’une expérience extraordinaire dont l’objectif était de montrer l’impact des histoires. Je vous explique : ils ont acheté plusieurs centaines d’objets insignifiants d’une valeur moyenne d’1.25$. Ils ont ensuite mis ces objets en vente aux enchères sur Ebay et ont complété chaque description avec une histoire particulière. Résultat : En associant un simple produit avec une histoire, les objets ont immédiatement pris de la valeur. Ils ont récolté au final plus de 8000$.

Ajoutez des anecdotes et des exemples à vos concepts. En plus de les rendre plus clairs, vous les rendrez plus convaincants et attachants.

 

5. Ne pas se limiter à la première version de son article

« Un premier brouillon, c’est toujours de la merde. » Ernest Emingway

C’est probablement le principe le plus difficile à appliquer. Personnellement, j’ai tendance à écrire un article et à ne plus jamais revenir dessus. Ce qui est fait est fait. Pourtant, la meilleure façon d’améliorer significativement son écriture, c’est de repasser sur son travail plusieurs fois.

Idéalement, le mieux est de revenir sur son article après un certain temps. Stephan King dans son livre Mémoires d’un métier, suggère de laisser son livre quelques semaines au repos avant de faire les finitions.

Au moment où j’écris cet article, je n’ai encore jamais retravaillé mes premiers articles (j’ai commencé le blog il y a trois mois). A l’avenir, je pense prendre quelques semaines par an pour y consacrer ce temps de relecture et de révision. Nous avons l’avantage par rapport à d’autres supports médias de pouvoir améliorer notre travail même une fois publié. Profitons de cet avantage !

 

6. Vérifier l’orthographe et la syntaxe

« Un devoir criblé de fautes d’orthographe ou de syntaxe, c’est comme un visage abîmé par des verrues.” Bernard Pivot

Certains lecteurs, à juste titre, sont allergiques aux fautes d’orthographe et de syntaxe. Il faut donc faire son maximum pour les éviter. Pour cela j’utilise le site bonpatron.com. Ce n’est clairement pas suffisant mais ça permet tout de même de corriger de petites fautes.

Il y a deux possibilités de faire un travail de relecture efficace :

  • vous demandez à un tiers de relire.
  • vous faites une pause puis vous revenez sur votre article avec la tête reposée. Autrement, il est très difficile de voir ses fautes lorsqu’on vient de passer plusieurs heures à écrire.

 

 7. Lire davantage de livres

« Si vous n’avez pas le temps de lire, alors vous n’avez pas le temps (ou les outils) pour écrire. C’est aussi simple que ça. » Stephen King

On apprend l’écriture en commençant par imiter ses auteurs préférés. A force de lire, nous développons des automatismes, de modèles mentaux qui nous permettent d’écrire mieux. On remarque des tournures de phrases qui nous plaisent, on apprécie le ton adopté par l’auteur, on découvre de nouveaux exemples… Et petit à petit, on commence par intégrer ces observations dans notre propre style d’écriture. Voilà pourquoi lire est indispensable pour tous ceux qui souhaitent écrire.

Personnellement, j’ai toujours lu beaucoup de livres de développement personnel. Malheureusement, ça pose deux problèmes:

  • la plupart du temps, je lis ces livres en anglais. Or, ce n’est pas idéal de lire l’anglais pour développer son écriture française. Aujourd’hui, je privilégie dès que je peux des livres en français.
  • Les livres de développement personnel sont rarement de la grande littérature. C’est mieux que rien et c’est peut-être suffisant si vous voulez écrire dans le même registre; mais pour développer un beau style, rien de mieux que nos incroyables auteurs français : A. Camus, A. Dumas, L. Gaudé…

 

8. Travailler son storytelling

« J’ai toujours près de moi six fidèles amis. C’est à eux que je dois tout ce que j’ai appris. Leurs noms sont Quand, Où, Quoi, Comment, Pourquoi et Qui. » Rudyard Kipling

Je vous ai déjà parlé de l’importance d’ajouter des exemples et des anecdotes à la fin de chaque idée. Mais encore faut-il savoir bien les raconter : Comment raconter une histoire ?

 

9. Ne pas abuser de la forme passive

« Les écrivains timides aiment les verbes passifs pour les mêmes raisons que les amoureux timides aiment les partenaires passifs. La voix passive est sans risque. » Stephen King

Encore une fois, je tiens ce conseil du livre de Stephan King Mémoires d’un métier. Je n’y avais jamais prêté attention avant de lire le livre. Alors pourquoi faut-il éviter la voix passive ? Le problème, c’est qu’elle n’est pas claire pour le lecteur.

Exemple :

  • L’article « La checklist du blogueur qui veut bien écrire » a été écrit en une journée par Bertrand. (voix passive)
  • Bertrand a écrit l’article « La checklist du blogueur qui veut bien écrire » en une journée. (voix active)

Pourquoi ne pas écrire cette phrase directement avec le sujet en premier ? La forme passive rajoute de la lourdeur et de la complexité. Parfois, on ne sait même pas qui est le sujet principal. Pour résoudre ce problème, c’est très simple : il suffit d’avoir l’extension Yoast sur WordPress et elle vérifie que vous n’abusiez pas de la voix passive.

 

10. Toujours se demander « So what ? » avant de publier

« Assurez-vous de toujours faire passer le test du « So what » à ce que vous partagez avec les autres ». Austin Kleon

Austin Kleon est un blogueur et un auteur américain qui écrit sur la créativité et l’écriture. Dans son livre Show your work, il parle de l’importance de partager son travail quotidien (les coulisses de l’artiste) pour créer du lien avec ses lecteurs. Toutefois, il ne faut pas partager n’importe quoi. Les articles sur votre chien ou sur vos vacances n’intéressent personne. Lorsque vous partagez un sujet personnel, essayez toujours de vous poser la question « So what ? » Est-ce que ce que vous partagez est utile ? Est-ce que c’est divertissant ? Si vous répondez non à ces deux questions, alors probablement il ne faut pas partager votre article.

Deuxièmement, ne partagez rien qui peut vous compromettre. Demandez-vous toujours si votre chef (ou votre maman) pourrait lire votre article. Encore une fois, si vous répondez non, alors abstenez-vous.

Je recommande tous les livres d’Austin Kleon et si ça vous intéresse, je vous invite à lire mes articles à son sujet :

 

Conclusion – améliorer son style d’écriture

J’espère que ce petit guide du style d’écriture vous sera utile autant qu’il est pour moi. Je suis loin d’être un expert en écriture, d’où l’importance de me fixer des règles. Pour autant, comme dans toute discipline artistique, les règles sont faites pour être transgressées.

N’hésitez pas à me partager dans les commentaires d’autres principes d’écriture qui vous semblent importants. Je suis preneur !

FORMATION GRATUITE

Faire bonne impression dans n'importe quelle situation

Recevez une vidéo d'1H pour donner la meilleure image de vous-même dès les premiers instants. 

2 réflexions au sujet de “La checklist du blogueur qui veut bien écrire”

Laisser un commentaire